1

De retour en Afrique après un service civique en lycée agricole (2)

Elle s’appelle Jemima Hounnouvi, a 23 ans, et a créé son entreprise de pisciculture au Bénin, après un service civique au lycée agricole de Château-Gontier.

Ma mission de service civique au LPA de Château-Gontier

Après ma licence en agronomie, j’ai été retenue pour une mission de volontariat de service civique en octobre 2019. Cette mission a été possible grâce à France Volontaires et l’OBSVJ (Office Béninois des Services de Volontariat des Jeunes), en partenariat avec CREDI-ONG (Centre régional de Recherche et d’Éducation pour un Développement Intégré) et le Lycée des Métiers de l’Agriculture de Château-Gontier, ainsi que le Refuge de l’Arche. Mon travail pendant ma mission a été d’abord de représenter les valeurs culturelles de mon pays auprès des élèves et personnels du lycée, mais aussi de capitaliser des expériences dans le domaine de la faune locale.

Parallèlement au travail à l’animalerie du lycée et au Refuge de l’Arche (pour la protection de la faune sauvage), j’ai beaucoup participé aux activités de pisciculture, comme la pêche d’étang avec le directeur de la pisciculture du lycée des métiers de l’agriculture, sur le site de production aquacole. Pour la fin de ma mission, j’ai réalisé une conférence webinaire qui a été diffusée en direct sur ma page Facebook.

De retour au bercail le 28 juin 2020, j’ai démarré ma restitution le 06 juillet pour finir le 06 octobre. Durant cette période, j’ai pu partager mes expériences en matière d’organisation du travail en tant qu’assistante du chargé de tourisme à CREDI-ONG, dans la commune d’Abomey-Calavi.

La création de mon activité piscicole au Bénin

Pendant ma mission, j’ai eu connaissance par France Volontaires de l’opportunité que l’OFII offre pour une réinsertion au retour. C’était important pour moi de la saisir vu que j’avais un projet d’entreprenariat, mais pas les moyens financiers nécessaires pour le mener à bien.

À mon retour au Bénin, dans le cadre de la restitution de la mission (3 mois avec CREDI-ONG), j’ai aussi réalisé des investigations avec le gérant d’une entreprise petit poisson qui est partenaire de CREDI-ONG. J’accompagnais mon supérieur sur les sites de production de poisson tilapia. Nous allions voir aussi les marchands installés sur les lacs afin d’aider à la distribution des poissons aux revendeurs et grossistes à la fin des cycles. Après avoir remarqué la rentabilité de cette technique de production et la disponibilité du marché, j’ai donc décidé de me tourner vers ce projet avec l’opportunité offerte par l’OFII.

Ainsi, j’ai choisi de mettre en place le projet « production et vente de poisson tilapia ». Le site d’implantation est le lac Toho, situé dans la commune de Ouidah, à 28km de Cotonou.

Mon projet consiste donc à produire du poisson tilapia monosexe dans des cages fixes sur un lac. Il s’agit de prendre des alevins et passer à l’étape de grossissement. Ces alevins sont déposés dans une cage fixe installée dans le lac pour engraissement jusqu’à maturité. Les alevins après engraissement auront le poids moyen de 400 grammes requis au moment de la vente. Avec une estimation de 12 tonnes 600 kg de poissons d’ici 5 ans, mon objectif à moyen terme est de rassurer la clientèle en ce qui concerne l’approvisionnement en poisson.

Enfin, ce projet de production de poisson me permet d’avoir une autonomie financière. Il facilitera la création d’emploi et apporte déjà une contribution à l’économie locale.




De retour en Afrique après un service civique en lycée agricole (1)

Ils sont Ivoiriens, Béninois, Sénégalais, Burkinabè et ont effectué au cours des années scolaires 2018-2019 et 2019-2020 une mission de service civique dans un lycée agricole en France.

De retour chez eux, ils ont d’abord partagé cette expérience avec leur structure d’envoi (ONG ou institut de formation agricole) et France Volontaires. Puis ils n’ont pas tardé à créer leur activité ou à trouver un emploi à la hauteur de leur formation.

C’est ce qu’ils nous présentent à tour de rôle dans cette série dont voici le premier portrait :

Baila BA, sénégalais, technicien horticole à Dakar après un service civique au lycée agricole de Tournus

Ma mission de service civique au LPA de Tournus

D’octobre 2018 à juin 2019, j’ai effectué une mission de service civique au Lycée de l’horticulture et du paysage de Tournus (71700). J’y ai trouvé beaucoup d’intérêt, comme la découverte d’une région française et de son agriculture, des connaissances culturelles et techniques, une ouverture sur le monde, la possibilité d’apprendre d’autres techniques horticoles, les échanges socioculturels…

J’ai développé des compétences de travail en équipe, d’initiation au monde professionnel, de soudure, de maçonnerie paysagère. Et j’ai pu acquérir plusieurs attestations : en D.A.O. (Dessin Assisté par Ordinateur), en Sauveteur Secourisme du Travail, et le CACES (Certificat d’Aptitude de Conduite d’Engins en Sécurité).

Pour en savoir plus sur le déroulement de ma mission de service civique, vous pouvez visionner mon témoignage, enregistré lors des Rencontres du Réseau Afrique de l’Ouest au LEGTA Le Chesnoy en janvier 2019 : Baila Ba – témoignage service civique 2019

La création de mon activité horticole au Sénégal

Je suis désormais agro-entrepreneur évoluant dans l’agro-business, l’agro-alimentaire et l’aménagement paysager.

Pour mettre en route ces activités, j’ai reçu une aide de l’OFII de 6300€. J’ai pour l’instant reçu la première tranche, 4000€, et le reste est complété sur fonds propres. J’emploie directement trois personnes dans les locaux de l’entreprise et indirectement quatre personnes selon les besoins de mes chantiers.

Nous vendons des fruits et légumes avec possibilité d’abonnements et de livraison à domicile, ainsi que des jus locaux, des smoothies, des milshakes… Nous faisons aussi des études, conceptions, réalisations et suivis de jardins et espaces verts, de la décoration verte intérieure et du conseil agricole. On a pas mal de clients fixes en ce moment. On propose des prestations de bonne qualité à des prix raisonnables.

On travaille avec des particuliers mais aussi avec des entreprises et quelques ministères, surtout pour les plantes d’intérieur.

Nous sommes en train de mettre en œuvre une application mobile et un site internet pour permettre aux clients de passer des commandes en ligne. Et dans mes projets à moyen terme il y a la création d’un entrepôt de stockage de fruits et légumes alimenté par énergie solaire, pour la vente en gros.




Françoise Vanga, un parcours de coopération exceptionnel

Françoise Vanga est une personnalité incontournable de la coopération franco-ivoirienne dans le domaine de l’enseignement agricole. C’est sous la forme d’une interview-portrait qu’elle nous présente son parcours et les étapes importantes des partenariats menés pour dynamiser les liens entre établissements ivoiriens et français, facilitant la mobilité réciproque et en particulier l’accueil de services civiques.

Françoise Vanga, vous êtes ivoirienne, quels sont vos liens avec l’enseignement agricole français?

Actuellement sous-directrice des enseignements à l’Institut National de Formation Professionnelle Agricole (INFPA), équivalent ivoirien de la DGER, titulaire d’un Diplôme d’Étude Approfondie en Écologie Tropicale obtenu en 1992 à la Faculté des Sciences de l’Université d’Abidjan, je suis un pur produit de la coopération internationale entre établissements agricoles !

À titre d’exemple, j’étais membre en 1986 du comité de rédaction des textes officiels du réseau de partenariat des établissements agricoles de France et de Côte d’Ivoire, signé en 1990.

J’ai ensuite eu diverses opportunités de me rendre en France. Ainsi, en 1992 j’ai suivi, à Troyes, un stage de formation à l’utilisation de l’audiovisuel dans l’enseignement de la biologie. En 1999, j’ai été membre de la mission d’étude des systèmes de formation comparés en milieu rural de France et de Côte d’Ivoire dans les Monts du Forez. J’ai pu participer aux Journées de la Coopération Internationale de l’Enseignement Agricole, en 2000 au LPA de Saint Gervais d’Auvergne puis en 2012 à Lyon. En 2000 aussi j’ai été invitée à présenter à Montpellier le cas de l’INFPA lors d’un atelier portant sur l’ingénierie des dispositifs de formation à l’international, en partenariat avec un consortium composé du CNEARC de Montpellier, de l’ENFA de Toulouse et de l’ENESAD de Dijon. En parallèle, pendant la dernière décennie, je me suis rendue chaque année à Paris pour une série d’activités concernant le renforcement des partenariats avec les opérateurs économiques et institutions françaises et européennes dans le cadre du Salon International de l’Agriculture.

Enfin, en 2019, j’ai contribué à la rédaction de la déclaration d’intention de coopération entre la DGER et l’INFPA.

A la DGER en 2009

Au SIA en 2019

2018-2020 : une nouvelle dynamique de coopération franco-ivoirienne

Ces dernières années, la coopération entre établissements agricoles français et INFPA a été particulièrement relancée. Deux délégations de personnels français ont été reçues en Côte d’Ivoire, l’une en mars 2018, l’autre en novembre 2019. Et deux délégations de chefs d’établissements ivoiriens ont été accueillies en France par le réseau Afrique de l’Ouest à l’occasion du SIA en 2019 et 2020.

Ces échanges ont permis l’envoi en stage de formation dans le cadre du service civique de sept étudiants de l’INFPA dans quatre établissements agricoles français en 2018-2019 et cinq en 2019-2020.

Lors du Salon de l’Agriculture et des Ressources Animales à Abidjan (SARA) en novembre 2019, la déclaration d’intention de coopération entre la DGER et l’INFPA a été signée en présence des ministres français et ivoiriens en charge de l’agriculture. Nous avons ensuite reçu dans notre établissement de Bingerville la délégation ministérielle française, et M. le Ministre Didier Guillaume m’a fait l’honneur de me décorer « Chevalier du mérite agricole français ».

2020-2021 : une transition pour le réseau France en Côte d’Ivoire

La dernière rencontre en présentiel entre nos deux réseaux en France, en février-mars 2020, a été l’occasion de faire ensemble un point d’étape. Côté INFPA, on se dit pleinement satisfaits des retombées des mobilités des étudiants ivoiriens en BTS via le dispositif de service civique mis en place entre la DGER et l’INFPA depuis 2018. Sont en particulier à souligner la qualité de l’accueil et de l’encadrement en France.

À noter qu’en terme de sélection des candidats au service civique en France, l’INFPA est extrêmement vigilant à sélectionner les étudiants les plus motivés avec un projet clair et bien construit. L’INFPA est également particulièrement soucieux de ce que les étudiants ivoiriens reviennent en Côte d’Ivoire afin de poursuivre soit leur cursus de formation, soit leurs projets professionnels.

Par ailleurs, France Volontaire assure une préparation au départ appropriée, grâce à son espace du volontariat à Abidjan. L’INFPA souhaiterait ainsi augmenter le nombre de missions de service civique par an, ce qui devait déjà se réaliser en 2020-2021 mais la COVID en a décidé autrement, du moins pour l’instant.

Un autre projet nous tient à cœur : la proposition élaborée par la DGER et ADECIA en réponse à l’appel à projets du Hub franco-ivoirien pour l’éducation lancé par l’ambassade de France à Abidjan. Il s’agit du projet FOSTA (FOrmation Supérieure en Sciences et Technologies des Aliments) qui a pour objectif de diversifier et dynamiser le cursus de formation de l’INFPA en vue de renforcer l’employabilité des jeunes sortants d’une part, et de contribuer significativement à la croissance économique du pays d’autre part. Un projet important donc, qui devrait prendre forme en 2021, sous la houlette de mon successeur…

En effet, animatrice du réseau France en Côte d’Ivoire depuis 1996, je passe désormais le flambeau à Madinan Soro, qui continuera à entretenir au mieux ces liens tissés depuis trois décennies déjà.




Des webinafrica pour une coopération toujours dynamique avec l’Afrique

Le BRECI et les animateurs des trois réseaux Afrique de la DGER (Cameroun, Afrique de l’Ouest, Afrique Australe Océan Indien) ont proposé trois rendez-vous en visioconférence comme autant d’opportunités d’échanger sur différentes formes de coopération avec l’Afrique.

Renforcer la dynamique de réseaux, favoriser les échanges, valoriser et capitaliser l’ensemble des initiatives : ces objectifs ont été atteints !

Le premier webinafrica, organisé conjointement avec les animateurs du RED et dédié à l’accueil des services civiques, a réuni près d’une quarantaine de participants. Outre les différents personnels de l’enseignement agricole intéressés, étaient présents trois étudiants malgaches ayant effectué une mission de service civique en lycée agricole, les partenaires de France Volontaires de trois régions françaises mais aussi du Bénin, accompagnés du représentant de l’Office Béninois des Services du Volontariat des Jeunes, ainsi que le sous-directeur de l’ingénierie pédagogique de l’INFPA (Côte d’Ivoire) et l’attachée de coopération de l’enseignement agricole à l’ambassade de France au Sénégal. La variété des interlocuteurs, leurs témoignages et interventions, ont permis de souligner le travail en partenariat qui fait la spécificité de l’accueil de services civiques via les réseaux Afrique. Ce fonctionnement est structurant et présente de multiples bénéfices, l’accueil de services civiques constituant un véritable levier de coopération entre établissements français et africains.

Retrouvez le compte rendu, le replay et les documents : CR webinafrica 1 accueil services civiques

De même, le deuxième webinafrica a réuni un panel de participants représentant les divers acteurs de la réussite de l’accueil d’étudiants africains en BTSA. Étudiants, enseignants, chefs d’établissements ont ainsi pu bénéficier des éclairages apportés par le directeur de Campus France au Sénégal, par l’attachée de coopération de l’enseignement agricole à l’ambassade de France à Dakar, par le chef de service de gestion des étudiants sénégalais à l’étranger. Afin de réussir collectivement l’accueil d’étudiants sénégalais en BTSA dès la rentrée 2021, deux outils ont été proposés : une fiche d’information, pour faciliter l’interaction entre les lycées agricoles et l’ambassade de France au Sénégal, et un récapitulatif de la procédure à suivre pour s’inscrire en BTSA en France, à retrouver avec d’autres documents, le compte rendu et le replay : CR webinafrica 2 accueil BTSA du Sénégal

Enfin, le troisième webinafrica a permis d’échanger sur les cadres possibles dans lesquels inscrire les mobilités d’apprenants vers l’Afrique. Un sondage auprès des participants a tout d’abord permis d’indiquer une douzaine de projets de mobilités collectives pour 2021-2022. Puis des membres des trois réseaux ont présenté leur expérience de mobilités collectives vers le Bénin, le Sénégal, l’Afrique du Sud, le Cameroun, que ce soit avec des groupes classes (BTSA dans le cadre d’un Module d’Initiative Locale, bac pro selon l’Enseignement à l’Initiative de l’Etablissement) ou des apprenants volontaires (apprentis en CAPA et bac pro ; club UNESCO). Des pistes de financements ont également été partagées.

À retrouver : CR webinafrica 3 mobilités collectives d’apprenants

Pour avoir une vue d’ensemble sur le Webinafrica des réseaux Afrique de l’enseignement agricole

En vue d’approfondir et de compléter les thématiques abordées dans ces webinafrica, un deuxième cycle de visioconférences est en préparation pour le printemps prochain !

Retrouvez l’ensemble des comptes rendus des webinafrica mais aussi les dernières actualités du réseau Afrique de l’Ouest dans la lettre n°9 : lettre 9 réseau Afrique de l’Ouest