1

Décrocher son stage : une vraie démarche professionnelle !

Les étudiants de BTSA  de la filière Développement Agricole des régions Chaudes (DARC) de l’EPLEFPA de la Guyane ont passé fin septembre de véritables entretiens d’embauche pour postuler à un stage en entreprise en République Dominicaine.

Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) Franco-Dominicaine, Mr Plisson a  participé à cet exercice via zoom depuis Saint-Domingue. Ces entretiens font partie de la préparation au départ des apprenants dans le cadre du projet « Réseau d’Enseignement de l’Agro-écologie dans la Caraïbe » : la Transition – REACT.

4 semaines en République Dominicaine

En amont des entretiens, la première phase pour les étudiants a consisté à envoyer leur CV à la CCI-Franco-Dominicaine, qui a transmis les candidatures aux entreprises locales. Sur la demande de certaines structures, les étudiants ont passé un entretien avant la validation finale et la signature de la convention de stage. A la fin de l’entretien et après de nombreux conseils et informations fournies sur les entreprises recruteuses, chaque étudiant a pu trouver un employeur en accord avec son projet professionnel. Les étudiants sont placés dans diverses exploitations de transformations laitières, de productions végétales et de filières fruits et légumes ou des sociétés d’import-export de produits agricoles et ce pour une durée de 4 semaines du 22 octobre au 17 novembre 2022.

Le projet est une initiative du réseau Caraïbe de l’enseignement agricole et il est porté par le réseau et l’EPL de Guyane. Ce projet de coopération internationale s’inscrit dans le Plan Enseigner à produire autrement 2 (EPA2) du Ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire. Il a obtenu un financement de 1 million 530 932 € dont 75% du Fonds européen de développement régional (INTERREG) et une participation financière des partenaires à hauteur de 25% de la subvention.

Objectif : accroître la mobilité au sein de la Caraïbe

Les objectifs du projet REACT sont en accord avec l’objectif spécifique 16 du programme INTERREG : accroître la mobilité étudiante et professionnelle au sein de l’espace Caraïbe.
Le projet REACT va permettre des échanges de bonnes pratiques et le développement des recherches autour des options basées sur la diversification des pratiques agricoles mettant en avant l’agroécologie dans la région de la Grande Caraïbe. Cet investissement dans la formation des apprenants et des personnels est une assurance des capacités futures de nos sociétés à relever les défis d’une agriculture éco-responsable. C’est un réel levier de développement. L’originalité et la valeur ajoutée du projet REACT est de proposer une approche intégrée de Formation/Recherche/Développement.

5 objectifs spécifiques

Objectif spécifique 1 : Formation des jeunes apprenants français et caribéens, via des stages de 2 à 24 semaines, en milieu international et multilingue
Objectif spécifique 2 : Renforcement de capacité des enseignants et chercheurs français et Caribéens
Objectif spécifique 3 : Contribution avec la recherche à renforcer les connaissances sur les systèmes en transition agroécologiques
Objectif spécifique 4 : Valorisation et capitalisation des échanges de savoirs et de compétences
Objectif spécifique 5 : Consolidation d’un réseau type “ERASMUS” Caribéen en Agro-sciences

Le projet REACT vise à renforcer le capital humain des territoires ultramarins afin « d’Enseigner à produire autrement » en favorisant la formation et la professionnalisation des élèves, des étudiants et des enseignants des lycées agricoles, ainsi que les maîtres de stage et les enseignants-chercheurs en agrosciences via des mobilités entre établissements d’enseignement, entreprises, ONG et organismes de recherche à l’échelle de la grande Caraïbe. Les partenaires Caribéens du projet REACT travaillent dans la formation et la recherche et sont issus de sept pays : Aruba, Barbade, Cuba, France, République Dominicaine, Saint-Martin et Trinidad et Tobago.

Les personnels des EPLEFPA quant à eux participent à des formations d’acquisition de compétences linguistiques dans le domaine de l’agroécologie du 22 octobre au 5 novembre 2022. Ces compétences seront utilisées lors de la mobilité entrantes des 10 partenaires Cubains en Guyane du 9 novembre au 5 décembre 2022. Les enseignants-chercheurs travailleront avec les étudiants, les personnels des EPLEFPA et les agriculteurs locaux sur la thématique de la transition écologique et les pratiques agroécologiques des territoires partenaires.

Pour retrouver toutes les informations et documentation sur le projet INTERREG Caraïbes REACT 

 

Contact : Frédérique LOUMETO-IPOLO, animatrice du réseau Caraïbes de l’enseignement agricole, frederique.loumeto-ipolo@educagri.fr




1er e-salon : Guyane Terre d’Élevage

Organisé par l’Interprofession Élevage et Viandes de Guyane (INTERVIG), en partenariat avec la Collectivité Territoriale de Guyane, le premier salon « Guyane terre d’élevage » ouvrait ses portes ce vendredi 5 novembre 2021, pour une durée de 2 jours, avec pour nouveauté une dématérialisation, sous le format “e-salon”, occasion de présenter les projets Caraïbes à l’international.

Les 5,6 et 7 novembre 2021, c’était le salon « Guyane, terre d’élevage » organisé par l’Intervig, l’interprofession viande et élevage de Guyane.  l’EPLEFPA de la Guyane a pu présenter le centre Europe directe Antilles-Guyane au public. Les organisateurs du salon ont comptabilisé plus de 1200 entrées alors qu’ils n’en attendaient que 500.  Une première édition permettant à la population de rencontrer et d’échanger directement avec les producteurs du territoire : éleveurs, bouchers, agriculteurs, restaurateurs… Ce qui a permis de présenter le volet coopération internationale de l’EPLEFPA de la Guyane et les projets en cours (Erasmus+ REEF Caraïbes et INTERREG Caraïbes REACT). Nous avons reçu à notre stand M. Queffelec le préfet de la Guyane, Mr Patrick Labranche président d’INTERVIG.

M. Gabriel Serville, président de la collectivité de la Guyane , M. Thibault Lechat-Vega 3e vice-président délégué à l’Europe, aux affaires institutionnelles, à l’égalité et aux relations avec les Guyanais de l’extérieur, Vice-président en charge de l’Europe, Mme Viviane Tchung-Ming, chargée de coopération CTG .  Il y a également eu une table ronde sur la souveraineté alimentaire.

M. Julien Denormandie, ministre de l’agriculture a adressé quelques mots en ouverture, encourageant cette démarche de salon à la fois physique et à distance, valorisant les producteurs locaux et le potentiel guyanais.De G vers la D Mme la conseillère , Mr Lechat-Vega, Mr le Président de la CTG Gabriel Serville, Mme Tchung-Ming chargée de la Coopération à la CTG, Mme Loumeto-Ipolo animatrice réseau Caraïbes

Un évènement qui concrétise également le lancement de la 6ème édition du mois de la viande locale.

Étaient également présents :

Arnaud Martrenchar, délégué interministériel à la transformation agricole, Roger Alain Aron, 7e vice-président  délégué à l’agriculture, la pêche, la souveraineté alimentaire et l’évolution statutaire, Christiane Barbe conseillère territoriale déléguée à l’agroalimentaire, Jean-Luc Le West, 13e vice-président délégué au développement économique et au tourisme, Sherly Alcin, conseillère territoriale délégué au climat, à l’éducation, à l’environnement et chargée du protocole, Philippe Bouba, 5e Vice-Président délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche, Thara Govindin, président du MEDEF Guyane, Patrick Lecante, maire de Montsinéry-Tonnegrande.

 




INTERREG soutient la transition Agro-écologique Caraïbéenne

Plus d’un million d’euros pour mettre en oeuvre les actions du réseau Caraïbe de l’enseignement agricole publique des Antilles/Guyane en lien avec 6 pays partenaires. L’objectif est de former les apprenants aux méthodes de production alternatives, plus durables économiquement et écologiquement pour atteindre la Transition… Agroécologique dans la Caraïbe.

Le projet Réseau d’Enseignement de l’Agro-Ecologie dans la Caraïbe : la Transition (REACT) vise à renforcer le capital humain des territoires Ultramarins afin d’« Enseigner à produire autrement » en favorisant la formation et la professionnalisation des élèves, des étudiants et des enseignants-chercheurs en agro-sciences via des mobilités entre établissements d’enseignement, entreprises, ONG et organismes de recherche à l’échelle de la grande Caraïbe.

Ce projet qui s’inscrit dans le Plan Enseigner à produire autrement 2 (EPA2) du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a obtenu un financement d’un budget total de 1 million 530 932 €uros dont 75% de fonds Européens et une participation financière des partenaires à hauteur de 25% de la subvention.

Le partenaires présentent le projet et leur collaboration avec l’enseignement agricole. Pour en savoir plus, lisez l’article sur le site du CIRAD

Le partenaire Cubain valorise également le projet : Article de l’Université Agaria de la Havane, ainsi que l’Université de la Guyane /rubrique Projet INTERREG Caraïbes »

Retrouvez toutes les informations sur le Projet INTERREG Caraïbes REACT – Renforcer la maitrise et la pratique réciproques des langues dans la Caraïbe

Contact: Frédérique LOUMETO-IPOLO, animatrice réseau Caraïbes , frederique.loumeto-ipolo@educagri.fr

 

 

 

 

 

 

 




Mobilités des personnels portugais en Martinique via Erasmus+

Dans le cadre de sa stratégie en matière de coopération internationale, l’EPLEFPA du Robert a accueilli du 27 Janvier au 05 Février dernier, trois représentants des partenaires de Madère et de Conde de Sao Bento (Portugal).

La délégation était composé du responsable qualité à l’industrie de production de bière à Madère (ECM), d’un enseignant-chercheur à l’université de Funchal et de la directrice-adjointe et enseignante en agroalimentaire à l’école professionnelle agricole Conde de Sao Bento.

Suite aux mobilités de stage réalisées du 17 Mai au 20 Juillet 2019, huit de nos étudiants ont eu l’opportunité de s’ouvrir à d’autres pratiques en milieu professionnel en étant en totale immersion dans ces pays conventionnés.

Il a donc semblé indispensable de conforter les échanges avec les socio-professionnels rencontrés. Ainsi, un atelier sur les processus de fabrication de produits fermentés a été mis sur pied pour les classes de BTSA Sciences et Technologies des aliments du lycée par le biais de ces trois mobilités entrantes. L’organisation de ce projet a fait l’objet d’un Projet d’Initiative et de Communication (PIC) où était prévu à cette occasion, des modules de cours techniques sur mesure dispensés en anglais/français, abordant les thématiques spécifiques de la fabrication du vin et du fromage. Le point d’orgue a été le cocktail de restitution où les élèves ont pu présenter leur expérience à l’international dans des domaines variés, aussi bien en nutrition animale que dans les domaines de la bière, de l’industrie laitière, de la boulangerie-pâtisserie et de la confiserie. Ils ont démontré leur investissement tant sur le plan administratif et financier que professionnel.

 

 

 

 

 

 

 

Dans un contexte d’échanges de pratiques et de développement de la coopération entre les Régions Ultrapériphériques (RUP) sur l’innovation et la mutualisation des connaissances en agroalimentaires, nos invités ont également rencontré des acteurs locaux tels que Soc High Tech entreprise spécialisée dans la production de boissons, vins et spiritueux et l’Université des Antilles.

 

 

 

 

 

 

 

Sur les plans culturel et linguistique, ils ont pu découvrir des lieux emblématiques du patrimoine de la Martinique ce qui leur a permis d’appréhender l’île sous un autre angle et d’identifier des points de convergence.

 

 

 

 

 

 

 

Bilan :

Les retours d’expérience des bénéficiaires de l’an passé sont d’ores et déjà très positifs tant sur le plan professionnel (niveau liguistique, compétences transversales, savoir-faire pratiques) que personnel (enrichissement, découverte, ouverture). De plus, les collaborations existantes ont été confortées puisque des mobilités à Madère, au Portugal  ainsi qu’en Slovénie sont envisagées sur l’année 2019-2020. Grâce aux actions de sensibilisation menées par l’établissement, la nouvelle promotion d’étudiants a d’ores et déjà montré sa volonté de participer au programme. 11 d’entre eux envisagent d’effectuer leur période de stage principale à l’étranger, ce qui équivaut environ à 60% de l’effectif. Rencontrer leurs potentiels maîtres de stage a permis de mieux les préparer à leur mobilité future. Par ailleurs, suite aux discussions initiées, la promesse de partenariats sur des thématiques de recherches est de bon augure.

Contact : Karell ROMUALD, chargée coopération internationale EPLEFPA du Robert