1

Le VTT s’invite dans les mobilités éco-responsables

Le lycée de Tulle-Naves voyage « éco-responsable »… dès octobre 2019, deux enseignants d’éducation physique et sportive, accompagnateurs dans le cadre de mobilités d’élèves en ERASMUS + secteur de l’Education et de la Formation Professionnelle, ont eu le plaisir de sillonner les routes et chemins de Belgique, pendant 2 semaines, en VTT électrique.

Les sept élèves de terminale Bac Pro CGEA du lycée Edgar Pisani de Tulle-Naves (Corrèze) et leurs maîtres de stage ont eu la surprise de voir arriver leurs enseignants en VTT électrique, sur les exploitations agricoles de la région de Mons en Belgique. Ces derniers ont parcouru pratiquement tous les jours entre 30 et 50 km pour visiter leurs stagiaires, mais aussi pour rencontrer les acteurs et habitants du monde rural. Quoi de plus facile pour les premiers contacts que de s’arrêter rapidement, de suivre des chemins accidentés pour faire de nouvelles rencontres et peut être établir de nouveaux contacts dans des fermes pouvant devenir de futures structures d’accueil pour les élèves et ainsi répondre à leur mission, en tant que Lycée-porteur du consortium des lycées publics de la région Nord Nouvelle-Aquitaine.

Le temps des rencontres humaines

Le but de cette action était bien entendu de mettre en avant un acte éco-citoyen dans l’organisation de mobilités, mais aussi d’aller simplement et de façon originale à la rencontre des autres en créant des questionnements, mais aussi en montrant que la santé par l’activité physique peut aussi trouver sa place dans les actions de mobilité Erasmus+. Ces visites ont également permis de nombreux échanges sur le territoire autour de Mons et une large promotion d’Erasmus + ouvert à tous les publics, y compris ceux issus de zones rurales.

Précurseur du Green Deal

Avec un voyage collectif dans un véhicule 9 places, des regroupements d’élèves réguliers pour découvrir la culture et le territoire belges, environ 200 km de visites d’exploitations en VTT électrique, avec une gestion autonome des repas en gîte.

Avec une réception autour d’une table des maîtres de stage en fin de mobilité, nous avons pu mettre en avant un bilan très positif autour des valeurs de l’effort, de la convivialité et de l’entraide sans oublier cette volonté de réduire au maximum l’empreinte carbone d’une expérience à tous égards bénéfique pour les élèves – Equipe du Lycée de Tulles-Naves.

Le lycée agricole de Naves et sa gestion des mobilités était sans nul doute précurseur par rapport à l’engagement européen relatif au Green Deal et à la priorité environnementale déclinée dans toutes les actions et activités du programme Erasmus+ 2021-2027, mais aussi sur ses autres priorités liées à l’inclusion et à la citoyenneté.

Contact : Hervé Barbier – enseignant en EPS et référent mobilités

Article proposé par Isabelle Wilwertz, chargée de coopération internationale en DRAAF-SRFD Nouvelle-Aquitaine

Photographie de tête d’article – Crédit : VisitMons, portail touristique Officielle de la Région de Mons




Tiphanie au concours de labour en Estonie

A 20 ans, Tiphanie BOUGIS, Bretonne, en terminale CGEA au Lycée agricole de Caulnes, a représenté la France au concours international de labour en Estonie qui s’est tenu en septembre 2021.

Cela fait trois ans que le lycée agricole de Caulnes participe à ce concours et c’est la première fois qu’une fille est au volant d’un tracteur.

« J’aime beaucoup labourer, mais je n’ai jamais eu l’occasion de participer à un concours. J’ai été très heureuse lorsque ma professeur a annoncé qu’elle souhaitait emmener une fille, indique Tiphanie. »

La jeune fille a pu compter sur le soutien des élèves de l’établissement ainsi que celui de toute sa famille et ses amis.

Loin du monde agricole

Tiphanie raconte que ses parents ne sont pas agriculteurs : J’ai eu un copain dont les parents étaient agriculteurs. Je passais tous les week-ends dans leur exploitation. J’étais attirée par le monde agricole. J’ai appris à traire les vaches, à soigner les animaux et j’ai pris plaisir à conduire le tracteur. Ce qui me plaît c’est le fait de préparer la terre pour faire des cultures afin de nourrir les hommes et les animaux « .

La jeune fille est très manuelle, elle est diplômé d’un CAP carrosserie, d’un Bac Pro Agro-Equipement et s’intéresse à divers domaines. Elle espère devenir éleveuse laitière.

« Comme le tracteur m’intéressait, j’ai fait un an en bac pro agro équipement à Montauban et c’est vraiment là que j’ai découvert comment bien conduire un tracteur. Je me suis prise au jeu et me suis lancé le petit défi de progresser afin de réaliser un labour le plus droit et le plus régulier possible. J’aime beaucoup faire les réglages sur la charrue, tout ce qui est préparation avant le labour. »

Jamais de fille au volant

Tiphanie n’a jamais participé à un concours. « J’aurais bien voulu mais je n’avais ni le tracteur ni la charrue adaptée pour le faire. Alors j’ai été super-heureuse quand mon enseignante m’a proposé de participer au concours en Estonie. Je suis allée la voir à la fin du cours pour lui dire que ça m’intéressait. «  Et cela tombait plutôt bien parce que ma professeure, Évelyne BOHUON, souhaitait enfin emmener une fille.

En 3 ans de participation, Evelyne a toujours accompagné les élèves mais, cette année, elle a imposé une condition : emmener une fille. En 16 années de compétition, il semble bien qu’il n’y ait jamais eu une fille d’un pays d’Europe au volant du tracteur lors du concours international. D’ailleurs, elle a été la seule fille en lice concourant au côté de 7 jeunes hommes.

« La France a droit à un seul compétiteur et nous sommes fiers d’avoir été retenus au féminin »

Des supporters « J’ai fait de mon mieux pour ne pas les décevoir. »

Certains garçons de la classe auraient bien aimé être du voyage mais le directeur et l’équipe pédagogique ont validé la participation de Tiphanie pour représenter la Lycée et toute la classe a approuvé. Tous ont cru en elle et l’ont encouragé, tous persuadés qu’elle était capable de gagner ! Vincent, qui a également participé au concours il y a deux ans, a prodigué quelques conseils à leur favorite.

Un challenge à vivre à plus de 2600km du Lycée

Après une première journée de voyage, mercredi 15 septembre 2021, Tiphanie et son enseignante ont passé quelques heures dans la capitale de la Lettonie, Riga. Ensuite, elles ont découvert le lycée agricole d’Olustvere.

Le vendredi matin, le tirage au sort a attribué le tracteur N°7 à Tiphanie, juste un temps de prise en main du tracteur suivi d’essais de labour sur une parcelle lui a permis de se familiariser à cet équipement qu’elle ne connaissait pas du tout. Après une réception au manoir du lycée pour accueillir les participants des 7 pays européens présents et une bonne nuit de repos, Tiphanie s’est lancée courageusement le samedi dans la compétition.

Après 2h40 de labour, les résultats de la compétition sont communiqués. Notre candidate à eu un score honorable et la remise des prix s’est effectuée sous les drapeaux des 8 pays participants. Tiphanie n’a pas décroché de médaille, mais elle a fait de belles rencontres, comme échanger avec le champion d’Estonie pendant le temps de préparation afin de bénéficier de bons conseils.

« J’ai fait de mon mieux pour représenter la France et les femmes dans le monde agricole. « 

A retenir : le classement est anecdotique, l’essentiel était de vivre une expérience unique en Estonie, lors de son 20 ème anniversaire !

Contact : Pascale LABROUSSE, animatrice du réseau Pologne et Pays Baltes – pascale.labrousse@educagri.fr