1

Mieux connaître pour échanger avec l’île d’émeraude

Les deux gouvernements français et irlandais construisent des projets de partenariats d’échanges de personnels entre des établissements de formations agricoles des deux pays, dans un cadre plus global d’accords signés depuis 2021.

En effet, sous le volet coopération et dans l’objectif de « mieux se connaître » au sein du dit partenariat, il a été décidé que les différents ministères mettraient en place des échanges de fonctionnaires dans un cadre flexible et adapté aux besoins et capacités des services. C’est donc dans ce cadre que des échanges réguliers ont lieu, notamment avec le College of Horticulture de Dublin mais aussi avec le Dundalk Institute of Technology.

Système de l’enseignement agricole à l’irlandaise

Mais il convient de savoir comment est organisé l’enseignement agricole en Irlande. Il n’y a

Rencontre avec l’Ambassadeur de France en Irlande, M. Vincent Guérend

pas proprement dit de lycée agricole irlandais. La formation agricole est accessible après l’équivalent de notre baccalauréat, elle peut être dispensée dans des établissements agricoles à 100% pour les niveaux 5 – 6 – 7  (comparable au système français du CAPA au Bac Pro pour adultes pour les niveaux 5 et 6 Irlandais) dans le réseau Teagasc ou encore dans trois établissements privés et également dans des instituts technologiques pour les niveaux 7-8-9 (correspondant au BTSA / Licence pour le niveau 7 et l’équivalent d’une Licence+ pour le niveau 8 ainsi qu’au Master pour le niveau 9) et enfin à l’université.

Le long fleuve de la coopération

La mise en place de partenariats est un long chemin qui se trace  pas à pas. Le premier véritable pas a eu lieu en juillet 2021 avec une présentation de l’enseignement agricole français lors d’une visioconférence qui a réuni les représentant du ministère français mais aussi de nombreux chefs d’établissements et adjoints du réseau de formation agricole irlandais TEAGASC.  Cette rencontre a été suivie d’échanges à l’automne pour déboucher, en décembre, sur une mission en Irlande de l’animateur réseau Royaume-Uni-Irlande de l’enseignement agricole, Frédéric Mesure, accompagnée de Corinne Samouilla, chargée de mission – appui au programme Erasmus+ « enseignement supérieur ».  Cette mission a permis de rencontrer les établissements, de pouvoir identifier leurs atouts et mieux cerner leurs attentes pour la mise en place d’échanges de pratiques et de mobilités de formateurs ou enseignants français. Par la suite, des mobilités de stage de nos apprenants pourront être envisagées. Depuis, d’autres échanges ont eu lieu notamment avec le College of Horticulture de Dublin grâce à des visioconférences permettant le partage de pratiques et la présentation de notre système d’apprentissage.

Perspectives d’échanges

Grâce à la présence de Corinne Samouilla, des discussions ont pu aussi être engagées avec les Instituts de Technologie de Dundalk et de Waterford qui vont permettre, à court terme, la venue d’enseignants irlandais et, à moyen terme, des mobilités académiques complètes ou hybrides d’étudiants.

Un premier travail d’expertise est en cours pour repérer des similitudes entre les formations agricoles des deux pays, le tout dans le cadre de l’intégration des BTSA dans le cursus LMD et l’intégration de la semestrialisation qui rendra plus facile des mobilités académiques. Le volet « stage » n’est pas non plus oublié dans le processus des partenariats.

Dans les mois à venir, des délégations de formateurs irlandais viendront en France et des formateurs, enseignants français devraient se rendre en Irlande à l’automne 2022. Puis, il est prévu de proposer des mobilités de stage pour nos étudiants dès l’été 2023 ainsi que la mise en place de mobilités académiques pour l’année scolaire 2023-2024.

Feicfidh mé tú go luath le haghaidh eachtraí nua

[à bientôt pour de nouvelles aventures]

Contact : Frédéric Mesure, animateur Royaume-Uni/Irlande de l’enseignement agricole, frederic.mesure@educagri.fr

 

Crédit Photographique : Kelly – Paysage d’Irlande, Banque d’images Pexels




Un semestre prometteur en Irlande

Elia témoigne sur sa mobilité académique au coeur d’une ville Viking : 1 semestre d’immersion au Waterford Institute of Technology en BTSA – version Irlandaise.

Une expérience surprenante qui m’a permis d’être plus autonome, d’améliorer mon anglais et de faire de superbes rencontres – Elia Fourche.

Je m’appelle Elia et je suis partie effectuer le 3ème semestre de mon BTSA à Waterford dans le cadre d’une mobilité académique avec le lycée agricole de Sainte-Livrade sur Lot. Après une terminale confinée, j’avais décidé d’intégrer ce lycée dans le but de pouvoir partir à l’étranger. J’ai alors réfléchi et monté mon dossier lors de ma première année de BTSA ANABIOTEC et je suis finalement partie.

Surplombant son port, Waterford est une ancienne ville Viking. Dans son centre de multiples boutiques et maisons typiques irlandaises se partagent les rues. Annexée à cette ville, une grande université regroupe tous types de licences et accueille des étudiants du monde entier. J’ai pu découvrir cette vie d’étudiante irlandaise grâce à cet extraordinaire semestre à Waterford.

Cours de chimie organique et biomoléculaire (source vidéo de Elia Fourche)

Le Waterford Institute of Technology propose des cours magistraux ainsi que des cours pratiques en groupe dans le domaine de la microbiologie, de la spectroscopie et de la chimie organique.

Waterford a reçu le prix de la meilleure ville étudiante. Les étudiants et professeurs sont souriants, chaleureux et à l’écoute. Ils nous aident tout au long du semestre, dans la compréhension des cours mais aussi au niveau administratif et font preuve d’une grande indulgence. Les premières semaines ont été difficiles ; cependant le temps d’acclimatation à cette nouvelle langue, à ce nouveau pays a été de courte durée et les autres étudiants étaient là pour nous faire découvrir cette nouvelle vie et une nouvelle culture.

Les cours reprennent les bases apprises tout au long de la première année du BTSA ANABIOTEC et enrichissent nos connaissances en les développant. En microbiologie, rien n’est laissé de côté, du développement microbiologique jusqu’à l’étude poussée des virus, tout y est enseigné. La maîtrise de l’anglais n’est pas un obstacle pour bien comprendre les cours, les professeurs fournissent leurs notes et les expliquent pendant les heures de classe.

L’université propose même de nombreux clubs ! Avec des amis « Erasmus » et irlandais, nous nous sommes inscrits au volleyball et à la boxe, de quoi partager de bons moments !

Cet échange m’a aidée à gagner en autonomie et en maturité, loin de ma famille et de mes habitudes. J’ai côtoyé de nombreuses personnes plus extraordinaires les unes que les autres. Ces rencontres m’ont permis de découvrir de nouvelles cultures mais aussi de visiter l’Irlande.  J’ai pu découvrir Tramore, Dublin, Cork et de nombreuses autres villes ainsi que les plats et la musique traditionnelle irlandaise. Et aussi plein de petits bishops et pubs pour partager la vie des Irlandais.

Ce semestre a été financé grâce à une bourse Erasmus+, une aide du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine et une aide à la mobilité du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation. Le cumul de ces financements a rendu cette expérience possible.

Après mon BTS, je compte poursuivre mes études en Licence (L3) de biologie ou en classe préparatoire aux concours d’ingénieur. Quelle que soit la suite de mon parcours, je compte bien renouveler cette expérience de mobilité d’études… vers une nouvelle destination.

Ma mobilité en image est à découvrir sur You-Tube : Waterford – Welcom in Irland

Crédits photographiques : capture du blog-vidéo de Elia Fourche

 

Contact : Jérôme Thurillat – LEGTPA Etienne Restat  de Ste-Livrade/Lot

Isabelle Wilwertz, Chargée de mission Europe – Appui au Programme Erasmus+, isabelle.wilwertz@agriculture.gouv.fr

 




Continuité Pédagogique en Irlande

A l’aide des contacts du réseau Royaume-Uni/Irlande de l’enseignement agricole voici un bref aperçu de la continuité pédagogique en Irlande dans les établissements de Teagasc.  Teagasc est l’organisme équivalent à l’INRAE et à notre enseignement agricole français. Pour rappel, il n’y a pas de lycées agricoles en Irlande, mais des établissements de formation qui s’adressent à des jeunes qui ont au minimum 17 ans en entrant en formation. Aussi, les contenus des cours peuvent varier d’un collège agricole à un autre (comme au Royaume-Uni), un établissement est libre d’organiser ses cours, de les réorganiser en fonction de ses contraintes locales, il faut juste que cela soit validé par la structure nationale de certification (même principe qu’au Royaume Uni).

A ce jour, fin mai 2020, l’Irlande a environ deux semaines de décalage par rapport à notre situation en France. Comme nous, il a fallu trouver des moyens de communication dans l’urgence, puis des outils pour assurer les cours. Un des établissements a fait le choix de faire travailler les élèves sur leur smartphone plutôt que sur PC, car dans le nord de l’Irlande, où est situé l’établissement, les connections sur le réseau internet sont de basses qualités. L’autre établissement contacté, dans le Sud de l’Irlande a un meilleur accès internet donc smartphone et PC sont de mise.

Sans grande surprise les outils numériques étaient similaire aux choix des établissements français : skype professionnel, Zoom, Google classroom, screencast  (un programme qui permet de faire des tutos) et Microsoft Teams. YouTube a été aussi mis à profit en mettant en place des chaînes Youtube sur lesquelles les étudiants sont invités à voir des vidéos en relation avec leurs cours. Les enseignants ont eu recours à la plateforme Moodle et Kahoot pour évaluer les étudiants. Pour rappel Kahoot permet, entre autres, à la fin d’un cours de faire un rapide point sur ce qui a été compris ou pas compris pendant la leçon.

WhatsApp est aussi utilisé par de nombreux enseignants mais certains ne souhaitent pas s’en servir car cela implique de communiquer le numéro du professeur aux étudiants. Moodle permet aussi de faire des tests sous forme de QCM. Les enseignants font une banque de 50 questions et une partie de ces questions est aléatoirement adressée aux étudiants ce qui limite les risques de fraude. Ce système marche plutôt bien mais il a fallu de nombreux échanges téléphoniques entre enseignants et étudiants pour arriver à ce que tout le monde suive en même temps.

Mais quelque soit l’outil et le moyen de communication retenu cela est, comme dans le système français, très chronophage. Et les semaines passant, l’implication des étudiants devient moindre et les devoirs ne sont plus forcément rendus dans les temps. Dans le même temps, beaucoup sont partis travailler et par conséquent sont moins réactifs. Ce qui limite positivement l’impact du COVID sur les cours c’est que la majorité des cours ont lieu entre septembre et mars et qu’en avril les étudiants sont en stage dans les exploitations.

Les fermes pédagogiques des établissements agricoles continuent de fonctionner sans trop de problème. Elles sont gérées par des techniciens présents dan les structures. Comme il n’y a pas d’étudiants, les techniciens sont à 100% sur l’exploitation ce qui permet d’avoir pas mal de main d’œuvre et si un personnel venait à être infecté et devait quitter son poste, les établissements ont mis en place jusqu’à deux équipes de remplaçants. Financièrement, les exploitations n’ont pas encore été trop impactées car les prix du bœuf et du lait sont restés stables pour l’instant. Mais, les établissements irlandais s’attendent à devoir faire un réajustement des budgets prévisionnels en cours d’année.

Du côté nourriture et autre approvisionnement pas de véritable impact grâce à la récente application du Brexit. En effet, l’Irlande dépend beaucoup d’importations en provenance du Royaume-Uni, donc en prévision du Brexit les hangars, les chambres froides avaient été remplis par anticipation. Toute la production de lait irlandais est distribuée sur le marché irlandais et le mois de mai est traditionnellement le plus productif en lait en Irlande.

Contact : animateur du réseau Royaume-Uni/Irlande, frédéric.mesure@educagri.fr