1

L’Europe à l’écoute des jeunes

Le 9 mai, c’est l’un des symboles fort de l’Union européenne, c’est la date anniversaire de la Déclaration Schuman du 9 mai 1950, considérée comme “l’acte de naissance” de l’Union. Mais en 2022, cela représente quoi pour les jeunes de l’enseignement agricole ?

La France préside le Conseil de l’Union européenne jusqu’au 1er juillet 2022, dans ce cadre les évènements prévus par les établissements, les institutions ont fait l’objet d’une labellisation ou ont été inscrits au calendrier des initiatives marquant cette période tournée sur les questions européennes.

 L’Union européenne s’illustre en région

Les différentes institutions régionales de Pays de Loire collaborent étroitement sur le développement de l’ouverture européenne dans les établissements d’enseignement. C’est donc tout naturellement qu’elles ont organisé un événement commun en créant des temps et des espaces de réflexion répartis sur 5 jours pour les élèves et les enseignants sur les enjeux, les défis et l’avenir de l’Europe. Ces temps forts ont aussi été l’occasion de présenter aux participants les possibilités de mobilités offertes par l’Europe et se sont clôturés le 9 mai 2022 à l’université d’Angers.

35 ans d’échanges

2022 célèbre les 35 ans d’Erasmus+ et cette année débute le Nouveau programme Erasmus+ 2022-2027, ouvert aux établissements de l’enseignement agricole pour faciliter les projets de partenariats et les mobilités dans les pays éligibles au Programme. Pour que les jeunes bénéficient des financement du programme, les établissements peuvent candidater pour déposer leur dossier d’accréditation à l’agence Erasmus+ France/ Education Formation. 

Les 5 référents « Programme Erasmus+ » pour l’enseignement agricole viennent en appui aux établissements agricole de l’enseignement technique et supérieur pour construire leurs projets et assurent des ateliers d’écriture deux fois par an, en amont des dates de dépôt de dossier.

2022 – une priorité, la jeunesse

L’année 2022 est également estampillée Année Européenne de la Jeunesse. C’est une belle occasion de se tourner vers les jeunes pour connaître leur vision de l’Europe mais également mettre en avant les dispositifs offrant une lisibilité sur les politiques européennes pour la jeunesse qui peuvent se mesurer par 3 volets : j’accède à / je fais entendre ma voix / je m’engage.

La Commission a mis en ligne un portail AEJ, moderne et interactive : https://europa.eu/youth/year-of-youth_fr. Plus de 210 événements sont déjà labellisés et répertoriés sur la carte interactive.

Inscrivez-vos initiatives, projets, actions, évènements, sensibilisation, débats, conférences… et autres journées de célébration, et ce jusqu’au 31 décembre 2022 !

Elle a également mis en place de nombreuses initiatives multimédia avec notamment la création d’un film de présentation de l’AEJ et la création de la plateforme « Voices of Europe » qui permet de donner la parole aux jeunes Européens et Européennes pour qu’ils expriment leur vision de l’avenir et leur opinion sur les thématiques de l’emploi, de la paix et de la sécurité, du changement climatique, de l’éducation ou de la santé mentale. Alors laissez votre message vocal pour que l’avenir de l’Europe soit celle que vous souhaitez.

L’Europe rime avec concours

Le Concours européen « Become a Bioeconomy Youth Ambassador ! » a été lancé par la Commission européenne. Il est ouvert aux jeunes de 18 à 35 ans pour devenir Ambassadeur de la bioéconomie au niveau européen.

Devenir « Bioeconomy Youth Ambassador , c’est possible !

L’appel concerne les jeunes motivés, ayants de l’expérience ou un intérêt marqué pour la bioéconomie et/ou des domaines connexes : systèmes alimentaires, foresterie, changements climatiques,… etc.

Le rôle de l’ambassadeur sera de communiquer avec les collectivités, les étudiants et la société civile, de mobiliser les décideurs et de sensibiliser le plus grand nombre par les médias sociaux au rôle de la bioéconomie dans la vie de tous. Les Bioeconomy Youth Ambassador rejoindront les communautés de jeunes et soutiendront les processus de l’Union européenne en matière de jeunesse et d’éducation.

Les ambassadeurs participeront à des formations (bioéconomie de l’UE et activités de communication et de sensibilisation) lors d’un camp d’été les 25 et 27 juillet 2022 à Bruxelles et participeront à la conférence de haut niveau sur la bioéconomie qui aura lieu les 6 et 7 octobre 2022 à Bruxelles.

Pourquoi s’engager à être Bioeconomy Youth Ambassador ?
  • Participer directement à la transition de l’Europe vers le développement durable et apporter ses propres idées.
  • Contribuer à la visibilité des actions par les événements autour de la bioéconomie et les comptes de médias sociaux de la Commission européenne (DG Recherche et innovation).
  • Participer au camp d’été et à la conférence de haut niveau sur la bioéconomie (frais de déplacement, hébergement et indemnités sont couverts).
  • Contribuer à la communication,
  • Être reconnu par la Commission européenne.

Si vous êtes bon communiquant, utilisateur des médias sociaux, prêt(e) à sensibiliser sur les questions de bioéconomie, à l’aise pour vous exprimer en public, capable de communiquer couramment en anglais et d’exprimer votre point de vue et enfin disposé(e) à consacrer du temps au programme des ambassadeurs :

  Lancez-vous et déposez votre candidature d’ici le 13 juin 2022.

Les résultats seront communiqués par la Commission européenne d’ici la fin juin https://www.bioeconomy-in-transition.eu/become-a-bioeconomy-youth-ambassador/.

Préparez « Hippocrène 2023 »

Retrouvez les lauréats du « Prix Hippocrène » et leurs projets, récemment récompensé au Quai d’Orsay, le 15 mars 2022. Le Prix de l’éducation à l’Europe, initiative de la Fondation Hippocrène, est un concours qui récompense les meilleurs projets de partenariat européen élaborés par une classe et ses professeurs.

Le lycée d’enseignement agricole de Monbazillac, lauréat 2022 dans la catégorie Enseignement agricole.

 

Lire aussi les articles sur le site Toute l’Europe.eu

https://www.touteleurope.eu/histoire/qu-est-ce-que-la-journee-de-l-europe/




Enseignement et Recherche : les fondamentaux du NSAF

Sur fond de grands enjeux mondiaux, le Nouveau Sommet Afrique France s’est tenu le 8 octobre à Montpellier en présence de 3000 jeunes et du Président de la république.

Ce sommet avait vocation à questionner et redéfinir les fondamentaux de la relation entre la France et le continent africain en écoutant la jeunesse, en répondant à ses interrogations et en créant un  nouvel espace de dialogue orienté vers l’avenir.

De grands espaces rassemblant les sociétés civiles de France et du continent africain étaient organisés autour de grands thèmes actuels comme l’engagement citoyen et démocratie, l’innovation et l’entreprenariat, l’enseignement supérieur et la recherche, les liens entre culture et coopération, et entre sport et développement.

Montpellier Global Days – Africa 2021

En amont du sommet Afrique-France la région Occitanie appuyée par les campus montpelliérains a organisé quatre journées dédiées à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation. Accueillis en format hybride chercheurs, porteurs de projets, représentants des institutions se sont réunis pour partager leurs travaux, leurs réflexions et leurs conseils autour du thème majeur de cette manifestation Nourrir-Soigner-Protéger.

Plaquette des actions de coopération de l’enseignement agricole sur la Grande Muraille Verte

A cette occasion, Julien Denormandie est intervenu lors d’une table ronde sur la Grande Muraille verte, revenant sur l’accélérateur mis en place à l’occasion du One Planet Summit de janvier 2021, comme un exemple de programme pouvant accompagner la recherche de solution et leur mise en œuvre. Les discussions autour des solutions aux grands enjeux actuels ont été particulièrement riches abordant les différents pans de la thématique et rappelant l’importance du continuum recherche innovation formation.

 Plaquette sur la Grande Muraille Verte  […] L’enseignement agricole, dans toutes ses composantes et en application de la stratégie internationale du ministère, s’engage depuis de nombreuses années dans des projets en partenariat avec des homologues, des associations, des professionnels du continent africain, contribuant aux objectifs de la GMV. Ils visent notamment à promouvoir l’agroécologie et les filières agricoles durables en lien étroit avec la recherche, à contribuer au développement des territoires ruraux. […]

Les Global Days ont également été l’occasion d’institutionnaliser les coopérations entre établissements d’enseignement supérieur et en particulier avec la signature de l’accord Franco-Angolais pour l’enseignement vétérinaire.

Les Global Days ont permis d’accueillir les partenaires institutionnels africains, dont Marc Olivier Tobgé, Directeur général de l’Institut National de Formation Professionnelle Agricole (INFPA) – Côte d’Ivoire avec qui le MAA construit plusieurs projets de formation (Fosta) et de mobilités entrantes, grâce au dispositif du service civique en réciprocité des étudiants de l’INFPA dans les EPL français et l’appui à l’entreprenariat de jeunes ivoiriens  – en moyenne 6 par an.

Pour (re)voir les vidéos de l’événement : https://www.montpellierglobaldays.fr

Une mobilité pour créer son avenir

Les mobilités africaines permettent de capitaliser une grande richesse d’expériences en France et en Afrique. Une série de témoignages de jeunes atteste des compétences acquises, de la naissance de leurs projets et leur ambition de « créer » leur avenir.

Articles à lire : les portraits de jeunes, lié à la dynamique Afrique-France

Attentes à la hauteur des enjeux

Le Ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Julien Denormandie, a mis à profit son déplacement à Montpellier pour visiter les équipements pédagogiques, scientifiques et numériques du campus de La Gaillarde de l’Institut agro à Montpellier avant de rencontrer 120 élèves ingénieurs agronomes, systèmes agricoles et agroalimentaires durables au Sud (SAADS) ainsi que des étudiants de master de l’Institut agro.

Des échanges et débats ont émaillé cette rencontre, l’occasion de recueillir les réflexions de ces jeunes, leurs attentes et leurs solutions pour répondre à des questions sur les grands enjeux de l’agriculture en 2030 :

Que mangerons nous en 2030 ? Quelle est notre vision d’une alimentation durable et de qualité ? Comment imaginez-vous le secteur agricole français en 2030 ? Comment imaginez-vous le secteur agro-alimentaire français en 2030 ? Comment voyez-vous la ferme du futur ? Quelles évolutions des modes de production agricole, notamment par rapport aux intrants et aux pesticides ? Comment produire autrement ? Imaginez-vous une révolution agricole ou des transitions progressives ? L’agriculture peut-elle être un puits de carbone ?

Programme AFOP en chiffres

- A ce jour, plus de 4800 jeunes hommes et femmes formés comme agriculteurs et pêcheurs professionnels, plus de 3000 jeunes hommes et femmes installés comme agriculteurs, plus de 2300 jeunes formés à entreprenariat en agriculture ainsi que d'autres emplois connexes.

122 centres de formation professionnelle agricole et écoles rénovés dans tout le pays, avec 700 formateurs, enseignants,  inspecteurs pédagogiques, gestionnaires et personnel d'appui animant le système d'apprentissage, du niveau central au niveau local.

Environ 6000 emplois créés dans les zones rurales.

Séquence de travail avec les partenaires africains

– FOSTA – Projet de FOrmation Supérieure en sciences et Technologies des Aliments fondé sur un appui à la construction d’un diplôme de BTSA et/ou d’un Certificat de Spécialisation (CS) en Sciences et Technologies des aliments qui accompagnera la montée en qualité de la formation des techniciens supérieurs en Côte d’Ivoire pour l’acquisition des compétences nécessaires à l’insertion dans les chaînes de valeur.

La venue de Ferna do Maïa, doyen de l’université Huambo en Angola, a également permis poursuivre les travaux du projet Vai2P concernant la formation des vétérinaires internationaux.

VAI2P- Veterinary and Agronomic Innovative International pedagogy Training pour le développement d’un enseignement agronomique et vétérinaire répondant aux standards internationaux en Angola, au Maroc et en Ukraine par le biais de la formation de formateurs en partenariat avec VetAgroSup et l’ENSFEA.

Côté Cameroun, Cédric Ella Bolla est l’un des dignes représentants de la réussite des mobilités africaines. Il a participé à la séquence agroécologie – Cacao durable dans laquelle il a partagé l’expérience acquise à travers l’ « aventure » Keka Wongan au Cameroun en lien avec l’EPL Terre-Atlantique-Nantes.

Enfin, la participation de Pierre Blaise Ango* dans plusieurs séquences souligne l’importance de la formation en matière de développement agricole et rurale en Afrique via l’expérience acquise dans le cadre du projet AFOP. *Pierre Blaise Ango : président du réseau régional africain pour la Formation agricole et rurale (FAR) et coordinateur national du programme Appui à la rénovation et au développement de la formation professionnelle dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche (AFOP) au Cameroun.

– AFOP – Programme d’appui à la rénovation et au développement de la formation professionnelle dans les secteurs de l’élevage agricole et de la pêche. Ce programme vise à contribuer à l’emploi des jeunes et à la croissance inclusive et durable des zones rurales au Cameroun par la formation et l’insertion professionnelle des jeunes femmes et hommes dans le secteur agricole ainsi qu’une formation et une insertion rénovées.

Contact : Rachid Benlafquih, chargé de la zone Afrique – MAA-DGER (BRECI), rachid.benlafquih@agriculture.gouv.fr




Les journées annuelles « Jeunes Mobilité » au Chesnoy (45)

Du 7 au 9 février 2020, une centaine d’apprenants de l’enseignement agricole ont participé aux Journées annuelles Jeunes Mobilité (JJM), à l’EPL du Loiret – le Chesnoy où les questionnements des uns et les expériences de mobilité des autres dans les 5 continents ont alimenté les ateliers tout au long du week-end.
Organisées et animées par un groupe de référents, constitué du RED (réseau éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale), de JAME (association de jeunes animateurs et formateurs mobilisés depuis 2009) et de l’institut Agro – site de Florac, ces réunions ont permis d’aborder la mobilité des jeunes sous différents angles de réflexions : interculturalité, remise en cause des préjugés, réflexion sur les comportements et les croyances, etc… tant de visions du monde auxquelles les apprenants seront confrontés au cours de leur expérience à l’étranger.

Cette session 2020 révèle la présence significative de jeunes en service civique à l’International, présents dans les établissements de l’enseignement agricole (originaires du Burkina, Mali, Ghana, Brésil, Pérou, Inde, Népal, Philippines et Vietnam).
En amont, la formation « concevoir et animer des sessions de préparation aux départs », inscrite au Plan National de Formation, a permis à des enseignants d’appréhender les techniques et outils de préparation à la mobilité, afin de les démultiplier au sein des établissements.
Un bilan de ces journées nationales est prévu en juin 2020.

Plus d’infos sur le réseau jeune, le programme et d’autres photos sur : https://reseauxjeunes.educagri.fr 

 

Extrait de la Lettre Hebdo-DGER du 10/02/2020 n° 6