1

Ethiopie-France : une coopération académique et scientifique

Les établissements de médecine vétérinaire français et éthiopien s’associent pour renforcer leur coopération autour d’un projet sur la filière volaille et l’École nationale vétérinaire de Toulouse contractualise avec son homologue, le College of Veterinary Medicine and Agriculture, afin de l’accompagner dans une optique One Heath.

Visite de la délégation éthiopienne à Toulouse, à l’École nationale vétérinaire (ENVT)

Du lundi 28 Mars au 01 avril 2022, l’École national vétérinaire de Toulouse (ENVT) a reçu la visite d’une délégation éthiopienne du College of Veterinary Medicine and Agriculture (CVMA) de l’Université d’Addis-Abeba. Cette délégation composée du doyen du CVMA, de son adjointe et de deux professeurs s’inscrit dans le cadre d’un projet de coopération vétérinaire international en filière volaille financé par les Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants (FSPI), gérés par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères et mobilisant l’expertise du Ministère de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire, appelé ‘’Chicken Health Project’’. Ce projet coordonné par France Vétérinaire International et dont l’ENVT assure la responsabilité académique, vise à accompagner la montée en compétences du CVMA et de la communauté vétérinaire éthiopienne, dans une optique One Health.

Accueil de la délégation du College of Veterinary Medicine and Agriculture- CVMA à la Direction générale de l’enseignement et de la recherche – Ministère en charge de l’agriculture – Paris

Accueil au Ministère, tutelle des Ecoles nationales vétérinaires françaises

Cette visite avait pour objectifs de renforcer et développer la coopération vétérinaire entre la France et l’Éthiopie. Elle a ainsi été l’occasion pour les collègues éthiopiens de rencontrer la Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche (DGER) dont Valérie BADUEL (DG) ainsi que l’équipe du bureau des relations internationales (BRECI). Cela a permis à la délégation éthiopienne de prendre connaissance du système de formation de l’enseignement agricole et d’évoquer la possibilité d’un accord de coopération entre la DGER, les quatre écoles vétérinaires françaises et l’université éthiopienne ou son ministère de tutelle afin de renforcer la coopération entre nos deux pays.

Visites techniques

La délégation a également pu visiter un laboratoire de l’Institut Pasteur ainsi que deux fermes dont l’exploitation du lycée agricole de Mirande.

Ce fut également l’occasion de rencontrer les partenaires du projet tels que CEVA Santé Animale,  société pharmaceutique vétérinaire multinationale, créée en 1999 et dont le siège est à Libourne en Gironde.

Ces différentes rencontres ont permis d’aboutir à la signature d’un Mémorandum Of Understanding (MOU) entre (CVMA-ENVT) ce qui offrira un cadre de coopération pédagogique et scientifique entre les deux institutions pour les cinq prochaines années.

Initiative One-Health partagée

Puis, dans le cadre de la célébration des 125 ans de relations diplomatiques entre la France et l’Ethiopie, la Faculté de Médecine Vétérinaire et d’Agriculture (CVMA) de l’Université d’Addis Abeba et l’Ambassade de France en Ethiopie ont organisé le 21 avril, un atelier, dédié à « l’amélioration de la santé des poulets grâce à l’initiative One-Health».

Intervention de Jean-Luc Guérin, professeur pathologie aviaire sur la situation de l’influenza aviaire

En présence de M. Rémi Maréchaux, Ambassadeur de France en Ethiopie, Dr Fikru Ragassa, Ministre d’Etat chargé de l’Élevage et de la Pêche, Ministère de l’Agriculture, Dr Eba Mijena, Directeur des Affaires Académiques pour l’Enseignement Supérieur, Ministère de l’Éducation, Dr Hagos , directeur du programme post-diplôme de l’Université d’Addis-Abeba, l’atelier, réunissant plus de 150 personnes, a souligné le lien étroit entre la santé humaine et animale.

L’atelier, conduit en mode hybride, a été animé par les conférences et les présentations d’universitaires et de spécialistes du domaine : Pr. J-L. Guerin – ENVT – Enseignant en pathologie aviaire – biosécurité – Interactions Hôte-Pathogène Directeur : « Introduction Avian Influenza », Pr. J-L. Angot, Inspecteur Général de la Santé Publique Vétérinaire, Président de l’Académie Vétérinaire de France : « Présentation de l’initiative Prezode dans l’approche One Health », Dr. P. Bastiaensen, représentant du bureau régional de l’OIE, Nairobi : « Quelques exemples typiques des maladies dans l’approche One Health », Dr. Mohammed I. Abdikadir, One Health Focal Person in the WHO Country Office Ethiopia : « Cadre stratégique et opérationnalisation de l’approche One Health : le cas éthiopien »

Comité de pilotage Chicken Health Project

Comité de pilotage du projet Chicken Health project en présence de l’Ambassadeur de France en Éthiopie, la COCAC (Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle), du Ministre de l’Agriculture éthiopien et du DEAN du College of Veterinary Medicine and AgricultureSuite à l’atelier, un comité de pilotage du projet « Chicken Heath Project » s’est tenu, impliquant l’ENVT, CVMA ainsi que l’Ambassade de France, il traite des questions vétérinaires.

Financé par le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, piloté par le Service de la coopération et de la culture de l’Ambassade de France en Éthiopie et avec le concours du MASA via le Conseiller aux Affaires Agricoles pour l’Afrique de l’Est et l’Océan Indien basé au Service Économique Régional (SER) de Nairobi, ce projet de deux ans est axé sur le renforcement des capacités, ciblant la formation académique et continue des vétérinaires/techniciens.

Le projet vise à renforcer la sécurité alimentaire dans la filière avicole en Éthiopie à travers l’amélioration de la sécurité sanitaire, de l’alimentation animale aux produits alimentaires consommés par la population (œufs, viande). Ce projet repose sur une approche innovante, impliquant différents acteurs, académiques et économiques, français et éthiopiens.

Calendrier du projet :

09 Mai – 27 Mai : Module de biosécurité en ligne

13 au 17 juin : Formation de trois professionnels éthiopiens à l’ENVT en techniques de laboratoire (moléculaire et pathologie)

13 au 24 juin : Formation de formateurs en ligne (module biosécurité)

04 au 08 Juillet : Summer School

 

Contacts : Pauline MICHEL – IHAP-ENVT – Ingénieur Pédagogique – Projet YEDODE Ethiopie, pauline.michel@envt.fr

Sabine DIDIERLAURENT – Directrice adjointe · France Vétérinaire International ENSV-FVI, sabine.didierlaurent@vetagro-sup.fr

Rachid BENLAFQUIH – BRECI chargé de mission Afrique, rachid.benlafquih@agriculture.gouv.fr




YEDODE pour la sécurité alimentaire en Ethiopie

La France et l ‘Éthiopie relance leur coopération vétérinaire. l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse s’engage dans un projet de coopération de la fourche à la fourchette dans le cadre de la filière aviaire.

Le projet YEDODE est né d’une coopération entre l’Éthiopie et la France dans le domaine de la formation supérieure, pour le renforcement de compétences des vétérinaires et techniciens de la filière avicole en Ethiopie.

Vous êtes-vous déjà demandé si les aliments que vous achetez au supermarché sont sûrs ?

Si oui, alors vous n’êtes pas seul. La sécurité des aliments est un problème mondial et l’un des principaux groupes alimentaires qui préoccupe tout le monde est la volaille. Dans le monde, 1 million de personnes souffrent chaque année d’intoxications alimentaires causées par des aliments à base de volaille.

En Éthiopie, l’industrie avicole est en plein essor avec un potentiel rapide de croissance. Mais, une production croissante seule n’est pas suffisante. Les œufs et la viande doivent également être sûrs, ce qui est actuellement un défi, car le système de production reste aujourd’hui traditionnel et manque de normes sanitaires modernes. Une des solutions pourrait être la montée en compétences des personnes professionnelles du secteur et du service public responsable des contrôles sanitaires de la filière : vétérinaires, techniciens de terrain et de laboratoire et éleveurs. Ces mesures pourraient indirectement contribuer à la santé des populations et à l’économie du pays en créant des emplois.

La France est le 4ème producteur et exportateur de poulet en Europe suivant des normes européennes de sécurité sanitaire des aliments. Cependant, l’industrie française de la volaille subit régulièrement des pertes importantes et est actuellement confrontée à de nombreuses épidémies d’influenza aviaire hautement pathogènes depuis 2015, montrant l’importance de monter un niveau d’exigence sanitaire élevé dans le secteur.

Alors, qu’ont-ils en commun ?

Le niveau d’exigence sanitaire et de technicité de la filière requiert le développement et le maintien en compétences des vétérinaires/techniciens et des laboratoires publics/privés. Pour atteindre cet objectif, l’idée est de mettre en place différents types de formation continue et de sensibilisation des formateurs ou professionnels tout au long de la filière avicole (opérateurs de laboratoire, techniciens, vétérinaires, services publics ou privés, alimentation animale, élevage et l’hygiène alimentaire).

C’est ainsi qu’est né le « Chicken Health Project »

Un projet de deux ans dans le cadre de la coopération franco-éthiopienne. Ce dernier vise à renforcer la coopération et les actions déjà initiées entre les entreprises et institutions françaises et éthiopiennes, soit l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, le laboratoire CEVA santé animale, le collège vétérinaire éthiopien de Debre Zeit CVMA. Ainsi, cette coopération vise à élargir le champ de la sécurité sanitaire des aliments à l’ensemble de la chaîne de valeur – de la fourche à la fourchette, de l’alimentation animale à la commercialisation des produits alimentaires mais aussi soutenir les capacités d’analyses locales.

Ainsi, « Chicken Health Project » posera les piliers d’une coopération académique et économique durable dans le domaine de la sécurité sanitaire des élevages et des aliments avec également une feuille de route pour une « coopération franco-éthiopienne en matière de sécurité alimentaire ».

Calendrier du projet pour l’ENVT (Ecole Vétérinaire Française de Toulouse)

 

Les projets internationaux de l’ENVT

Contacts : Pauline MICHEL – IHAP-ENVT – Ingénieur Pédagogique – Projet YEDODE Ethiopie, pauline.michel@envt.fr

Sabine DIDIERLAURENT – Directrice adjointe · France Vétérinaire International ENSV-FVI, sabine.didierlaurent@vetagro-sup.fr

Rachid BENLAFQUIH – BRECI chargé de mission Afrique, rachid.benlafquih@agriculture.gouv.fr




Accord Franco-Angolais pour l’enseignement vétérinaire

Lundi 4 octobre 2021, à l’occasion des « Montpellier Global Days for Science, education and innovation: Africa 2021 » qui se sont tenues en amont du Nouveau Sommet Afrique France (NSAF), l’accord de coopération entre établissements d’enseignement, vétérinaires et agricoles, Angolais et Français a été signé à l’Institut des Régions Chaudes de Montpellier SupAgro.

Signature officielle de l’Accord Franco-Angolais au Global Days à Montpellier de gauche à droite, Marion Demay, Jeanne-Marie Bonnet-Garin et Fernando Maia

Cet accord réunit les facultés vétérinaire et agraire de l’Université José Eduardo dos Santos (UJES) de Huambo – Angola, les écoles vétérinaires françaises (ENVF) et l’Ecole Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole (ENSFEA). Il concrétise déjà 2 années d’intense collaboration dans le domaine de la pédagogie innovante avec la mise en œuvre du projet « Veterinary and Agronomic International training in Innovative Pedagogy (VAI²P) » financé par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA).

Cet accord de coopération s’inscrit dans le cadre de la stratégie Europe et International du MAA pour laquelle le continent africain représente une zone prioritaire.

La cérémonie de signature de cet accord s’est déroulée en présence de Rachid Benlafquih, du Bureau des Relations Européennes et de la Coopération Internationale de la DGER du MAA, Marie Schill de la Direction du Développement Durable du MEAE, Marion Demay, directrice des relations internationales de l’ENSFEA, Agnès Leblond, directrice adjointe des relations internationales de VetAgro Sup-Lyon, et Jean-Luc Bosio, Chef du service des Relations Internationales et des Langues de de l’Institut Agro-Montpellier.

Fernando Maia, doyen de la faculté vétérinaire de l’UJES de Huambo s’est félicité de la coopération renforcée avec cet accord en soulignant que cette signature permettrait la mise en œuvre de nouvelles actions dans le domaine de l’enseignement, la recherche ou l’expertise. Jeanne-Marie Bonnet-Garin, Directrice Générale par intérim de VetAgro Sup, au nom des ENVF, a souligné l’enrichissement réciproque et l’importance d’œuvrer conjointement au concept One Health/Global Health pour permettre à nos étudiants d’acquérir les compétences pour relever les défis de demain.

Ce moment a été pour tous l’occasion de se retrouver enfin en présentiel. Un autre temps fort est prévu à VetagroSup à Marcy l’Etoile (Lyon) pour la tenue du 1er séminaire présentiel de VAI²P du 13 au 17 décembre 2021.

Photo de tête d’article : de gauche à droite, Jean-Luc Bosio, Marie Schill, Marion Demay, Rachid Benlafquih, Jeanne-Marie Bonnet-Garin, Fernando Maia et Agnès Leblond.

Principe des 4 engagements

Le Ministre en charge de l’Agriculture a réaffirmé le caractère structurant des partenariats privilégiés entretenus avec les pays africains, qu’il s’agisse d’appui au développement des filières agricoles, d’accompagnement à la transition numérique des systèmes agro-alimentaires, de stimulation de la recherche et de l’innovation ou de la formation des enseignants et des étudiants. En particulier, en déclinaison du discours du Président de la République à Ouagadougou le 28 novembre 2017, une stratégie de mobilisation de l’enseignement agricole et vétérinaire a été élaborée et structurée autour de 4 engagements par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation    :

  • Soutenir les réformes des dispositifs de formation agricole et rurale en Afrique,
  • Intensifier la mobilité réciproque des étudiants et enseignants,
  • Co-construire un réseau Afrique-France de formations croisées et de doubles diplômes pour l’avenir des filières agricoles, forestières et agroalimentaires,
  • Soutenir les jeunes agriculteurs/éleveurs/transformateurs entrepreneurs africains en les accompagnant dans la phase de préparation et construction de leur projet.

Contacts : Rachid BENLAFQUIH – DGER, rachid.benlafquih@agriculture.gouv.fr, Agnès LEBLOND – VetagroSup/ENSV-Lyon,  agnes.leblond@vetagro-sup.fr, Jean-Luc BOSIO – Institut Agro – Montpellier, jean-luc.bosio@supagro.fr, Marion DEMAY – ENSFEA, marion.demay@ensfea.fr




Un savoir-faire scientifique et pédagogique coopératif

Du 3 au 6 mai 2021 s’est tenu le deuxième séminaire de formation en ligne VAI²P (Veterinary and Agronomic International Innovative Pedagogy Training) réunissant des enseignants de médecine vétérinaire et d’agronomie de nationalités différentes (Angola, Maroc, Ukraine, Canada, France).

VAI²P Training est un projet de formation internationale ayant pour but de développer l’innovation pédagogique pour les enseignants vétérinaires et agronomes.

Depuis le lancement du projet VAI²P Training en octobre 2020, 24 enseignants ont été formés en binôme ou trinôme. Chaque groupe doit concevoir in fine une séquence d’apprentissage incluant des activités innovantes (numérique ou non) autour des thèmes retenus en début de formation : aquaculture, épidémiologie, médecine équine, biocontrôle … (lié au référentiel de formation internationaux de médecins vétérinaires et ingénieurs agronomes).

Tout au long de la formation, le dispositif d’apprentissage en e-learning est assuré par une équipe constituée d’encadrants en pédagogie, en médecine vétérinaire et en ingénierie agronomique. Il est organisé autour d’apports théoriques, de mises en pratique et d’un accompagnement favorisant la mutualisation, le partage de pratiques pédagogiques ainsi que la co-élaboration de ressources.

Après la réussite du premier séminaire à distance organisé en février dernier, ce deuxième séminaire constitue un nouveau point d’étape dans la progression pédagogique. Il portait sur la présentation de séances détaillées, l’analyse des méthodes pédagogiques mobilisées et les ressources produites.

Plusieurs temps forts du séminaire

L’organisation pédagogique du plateau d’enseignement vétérinaire par simulation (VetSkill) a été présenté. Depuis 3 ans, l’expérimentation et la recherche associée à VetAgroSup Lyon a démontré sa forte efficacité et pour un faible coût.

Jusqu’à 200 ateliers proposés aux étudiants, simulation de gestes pratiques et chirurgicaux

« Jamais la 1ère fois sur un animal »

Le webinaire a été l’occasion de présenter également, par pays associés (Angola, Ukraine, Maroc, France) des ressources produites et des pratiques d’enseignement.

Quelles sont les prochaines étapes de la formation en cours ?

Un séminaire distanciel est programmé à l’automne pour soutenir le processus des coopérations. Un point d’étape sera également effectué pour accompagner les réalisations et les évaluations des séquences d’apprentissage dans les contextes locaux des différents pays.

Chaque équipe a pour mission la réalisation de travaux contribuant, à l’échelle internationale, à l’expérimentation et aux recherches sur les enjeux pédagogiques des plateaux de simulation.

Un dernier séminaire pédagogique de trois jours sera organisé (en présentiel) en décembre 2021, afin de pouvoir faire le bilan de l’évaluation de la formation comme une dernière étape du cycle de formation.

Plus d’information sur VAI²P Training, une formation internationale avec de nombreux atouts
  • Un dispositif itératif, de formation en e-learning, intégrant la plateforme moodle VetAgroSup Lyon et un accompagnement organisé autour d’une réflexion sur l’approche par compétences, la pédagogie numérique, la co-élaboration de ressources ;
  • Des séminaires distanciels réguliers, des périodes d’échanges en présentiel et des périodes d’immersion permettant de renforcer des échanges de pratiques, la connaissance mutuelle et la convivialité ;
  • La qualité des échanges et des interactions à partir du partage d’expérience autour de pratiques pédagogiques et échanges de savoirs entre enseignants du monde vétérinaire et agronomique français avec leurs homologues étrangers ;
  • Une équipe plurielle mobilisant les écoles vétérinaires et agronomiques françaises sur les compétences scientifiques, techniques et didactiques et l’ENSFEA sur la compétence pédagogique ;
  • Un accompagnement personnalisé des équipes engagées dans le dispositif permettant de s’adapter aux contraintes et difficultés de chacun et favoriser l’inclusion ;
  • Une formation « mesurable » avec pour chaque compétence ou capacité mise en œuvre des critères et indicateurs d’évaluation ainsi que des livrables avec la délivrance d’une certification sous la forme d’un OpenBadge.

Pour en savoir plus sur la genèse et présentation du projet

Contact : Sandie LACONDE, Chargée de Communication ENSFEA, sandie.laconde@ensfea.fr