1

2e forum franco-chilien de l’enseignement agricole

3  jours d‘échanges et de témoignages sur les stages, l’agroécologie, le changement climatique, l’animation du territoire et le dispositif de service civique international dans le Bourdonnais .

L’enseignement agricole a fait vivre pleinement sa mission de coopération internationale à l’EPL du Bourbonnais dans l’Allier (03) les lundi 30, mardi 31 mai et mercredi 1er juin 2022. Un forum a rassemblé plus d’une quarantaine de participants. Il a été organisé par le réseau Chili et soutenu par un budget d’action à l’international du Ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire (Direction générale de l’enseignement et de la recherche – DGER).

Visite de l’exploitation polycultures élevage de l’EPL du Bourbonnais

Origens Média Lab, conférence « L’agroécologie face à l’anthropocène, de la transition à la redirection écologique »

Atelier aquaponie de l’EPL

Directrices et directeurs d’une douzaine d’établissements agricoles chiliens toutes options confondues (équine, production laitière, végétale, horticole, fruitiers…) ont découvert ou retrouvé les actrices et acteurs français de la coopération internationale en établissements (chef·fe·s d’établissements, adjoint·e·s, enseignant·e·s).

Des journées rythmées par des plénières, des expériences originales (exemple, les cours radiophoniques à Molina, lycée de la SNA Educa) et des visites extérieures. (Programme complet)

Suite à l’arrêt des mobilités à cause de la pandémie, cette rencontre fut l’occasion d’effectuer le bilan des 750 mobilités avec réciprocité depuis la naissance du réseau en 2010, de relancer les partenariats existants, d’en envisager de nouveaux et de préparer un futur commun.

 

Signature de conventions (de gauche à droite, directeur de l’EPL de Bazas, Directrice du lycée de Pica, Maire de Pica, animateur du réseau Chili)

Clôture du forum avec les élèves de BTSA

Dans le cadre d’un PIC (Projet d’Initiative et de Communication), quatre élèves de BTSA de filières DATR (Développement, Animation des Territoires Ruraux) et ACSE (Analyse, Conduite et Stratégie de l’Entreprise Agricole) de l’EPL du Bourbonnais ont eu l’opportunité de participer à l’organisation et à l’animation d’un événement de cette ampleur.

Historique du réseau :

2010 – Création du réseau Chili

2014 – 1e forum franco – chilien à San Fernando (Chili)

2018 – Séminaire franco latino à Santiago « Les enjeux de la formation agricole pour faire face aux défis d’un monde en en mutation », regards croisés France – Amérique latine

2022 – 2e forum franco Chilien à Moulins (France)

Retrouvez l’article de La Montagne Allier 

Si la coopération avec le Chili vous intéresse, n’hésitez pas à contacter, GEX William, animateur du réseau Chili de l’Enseignement agricole (téléphone : 06.89.35.93.03 / mail : william.gex@educagri.fr)

Crédits photographiques : William Gex




Prix Europe-Hippocrène sous Présidence française

Pour donner l’envie d’Europe aux jeunes…

La sixième édition du Prix Europe de l’enseignement agricole français est lancée !

Ce prix promeut les échanges européens des établissements de formation. La nouvelle édition s’inscrit en cohérence avec la Présidence Française de l’Union Européenne (PFUE) couvrant le premier semestre 2022.

Le Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe est un concours proposé aux établissements d’enseignement, qui récompense les meilleurs projets de partenariat européen élaborés par une classe et ses professeurs. Lancé en 2010 à l’initiative de la Fondation Hippocrène, l’objectif est de donner l’envie d’Europe aux jeunes. Et depuis 2017, avec le soutien de la Représentation en France de la Commission européenne (RFCE) et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA), ce prix s’adresse également à l’enseignement agricole
technique et supérieur, public et privé sous contrat.

Les candidatures sont ouvertes du 15 novembre 2021 au 18 janvier 2022.

Les établissements candidats sont appelés à présenter un projet original élaboré par une classe avec son ou ses professeur(s) dans le domaine de la citoyenneté européenne. Il s’agit d’encourager les échanges avec de jeunes Européens et la découverte d’une autre culture et d’autres approches, à travers une production commune réalisée dans le cadre d’un partenariat.

Tous les types de partenariats avec un établissement scolaire situé dans l’un des pays partenaires sont éligibles. Il peut s’agir d’un partenariat européen élaboré par l’établissement (jumelage actifs, projets pédagogiques partagés, partenariats virtuels, échanges d’apprenants, mobilités entrantes/sortantes d’apprenants et d’enseignants, etc…).

Les partenariats peuvent concerner une ou plusieurs disciplines et sont ouverts à de multiples thèmes d’échange (acquisition de compétences linguistiques et interculturelles). Les partenariats doivent être initiés et le projet en cours d’élaboration à la présentation du dossier. Les principaux critères d’évaluation du projet portent sur le nombre et la qualité du ou des partenariats, leur réciprocité (mobilités réciproques), la qualité du projet (contenu, pédagogie), sa valorisation dans et hors de l’établissement, la motivation de l’équipe pédagogique, le portage par les apprenants et la catégorie d’apprenants touchés.

Les partenariats menant à la réalisation de productions communes et à la valorisation du projet sont particulièrement appréciées par le jury.

Ces initiatives s’inscrivent pleinement dans la mission de coopération européenne et internationale dévolue à l’enseignement agricole. Il participe à l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale des apprenants de l’enseignement agricole.
A travers ce concours, l’engagement de l’Enseignement agricole dans le projet européen doit être valorisé, notamment via les actions et partenariats européens des établissements d’enseignement agricole.

Un prix d’un montant de 5 000 euros destiné à la réalisation du projet sera remis à l’établissement lauréat par la Fondation Hippocrène.

La remise des prix s’inscrira dans le contexte de la PFUE. Une délégation de lauréats sera invitée à Paris, à La Sorbonne, début mars 2022.
A noter que la catégorie « Enseignement agricole » est également éligible pour le Grand Prix, d’un montant de 10 000 euros, qui est choisi parmi l’ensemble des catégories du concours (commun aux établissements de l’éducation nationale et de l’enseignement agricole).

Modalité de participation et règlement, dates et contacts relatif à ce concours.

Trois dossiers pré-sélectionnés au niveau national seront transmis au Grand Jury, qui auditionnera à Paris début février 2022 les candidats finalistes.

Hippocrène donne des ailes à l’enseignement agricole

En 2021, le « Grand Prix » a été remporté par un établissement de l’enseignement agricole, reconnaissant ainsi la priorité donnée par le MAA à la coopération européenne et internationale dans la formation.

Retour sur les primés 2021 : les trois finalistes de la catégorie « Enseignement agricole »

Le 31 mai 2021, les lauréats du Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe 2021 ont reçu leurs diplômes lors d’une cérémonie officielle à distance.

– le LEGTA François Rabelais de Civergols (48), pour son projet  » Devenir ambassadeurs d’une Agriculture durable en Europe  »

Le mot de la directrice de la Fondation Hippocrène : “Le thème de l’agriculture durable nous a plu puisqu’il est d’actualité. Ce projet Erasmus a été mené avec des classes de Slovaquie et de Finlande. L’idée consiste à mettre en place des équipes transnationales composées d’élèves des trois pays. Chacune d’entre elles est chargée de créer une mallette de jeux communs permettant d’aborder ce thème et d’apprendre en s’amusant sur l’agriculture durable en Europe. C’est donc une approche ludique, appuyée par un magazine virtuel qui a été monté entre les classes pour que les élèves puissent échanger”
Témoignage de l’enseignante au LEGTA de Civergols (Lozère, St-Chély d’Apcher), représentante des lauréats du 1er prix Catégorie Enseignement agricole

– le LEAP Saint Dominique de Valréas (84), pour son projet  » « 6!YES » 6 Innovations young european search  »

– l’Institut Lemonnier de Caen (14), pour son projet  » La bataille de Normandie, un fait historique clé de la construction européenne  »

Ils ont chacun présenté leur projet le 31 mars 2021, devant le jury composé de personnalités européennes et du monde de l’éducation. Ils ont été unanimement salués pour leur qualité et l’enthousiasme des prestations réalisées.
Le classement fut un exercice particulièrement serré, et les résultats de l’édition 2021, annoncés par la Fondation Hippocrène, ont souligné assurément l’engagement européen de l’enseignement agricole.

Pour la première fois, le Grand Prix a été remporté par un lycée agricole, celui de Saint Dominique de Valréas (84). Le prix de la Catégorie Enseignement agricole revient quant à lui au LEGTA François Rabelais de Civergols (48).

Le mot de la directrice de la Fondation Hippocrène : “Je suis très heureuse parce que c’est la première fois depuis la participation du ministère de l’Agriculture que le grand prix est attribué à la catégorie enseignement agricole. Ce projet “6!YES” était très complet et original. Il a été initié en 2018 et réunit des élèves de France donc, mais aussi d’Espagne, d’Allemagne, de Bulgarie et de Chypre, qui réfléchissent ensemble à des innovations destinées à adapter la pratique de l’agriculture aux objectifs de développement durable. Les élèves de tous ces pays travaillent ensemble, échangent des idées par vidéos, et ces propositions concrètes ont même été présentées aux députés européens ! Le projet est donc très complet, il permet à chacun de se confronter à d’autres pays, mais aussi aux institutions européennes”.

Témoignage de Sophie Laval, enseignante de l’établissement de Valréas, représentante des jeunes lauréats du Grand Prix Hippocrène 2021

Le futur projet envisagé par Valréas est de développer un véritable Pôle Coopération Internationale au sein de l’établissement afin de permettre à tous les élèves de s’investir dans des projets Erasmus+ à chaque rentrée scolaire et de participer à des mobilités dans d’autres pays d’Europe pour rencontrer leurs homologues et partager une vision commune de l’Europe avec eux, en alternant des projets en anglais, en français et en espagnol puisque ce sont les 3 langues enseignés au Lycée Saint Dominique de Valréas.

Quel bel encouragement pour tous les établissements à poursuivre les actions en faveur de l’ouverture européenne et internationale ! Espérons que vous serez encore plus nombreux encore pour l’édition 2022 du Prix Hippocrène, lancée sur fond de Présidence Française de l’Union Européenne !

Modalité de participation et règlement, dates et contacts relatif du Prix Europe-Hippocrène 2022.

Les candidatures des établissements participants de l’enseignement agricole devront être adressées par courriel, d’ici le 18 janvier 2022. Contact en DRAAF/DAAF : personne en charge de la coopération internationale




Miora revient du Sommet AFRIQUE-FRANCE

J’ai été invitée par l’Ambassade de France à Madagascar par l’intermédiaire de France Volontaires, à participer au Nouveau Sommet Afrique-France le 08 Octobre 2021 à Montpellier, en tant qu’ancienne volontaire en service civique de réciprocité.

Je suis Miora Ratovonirina, ancienne volontaire en service civique de réciprocité depuis Novembre 2018 à Juin 2019 au Lycée Agricole de Pau Montardon (Agrocampus64). Je viens de Miarinarivo dans la Région Itasy, Madagascar. Actuellement en France, je poursuis un master professionnalisant à Bordeaux Montaigne sur le développement des territoires et l’alimentation de qualité.

Qu’est-ce que le VSC m’a apporté ?
Le Volontariat en Service Civique est avant tout une expérience en soi, surtout quand cela consiste à partir dans un pays étranger, à 10 000kms de la maison. Une nouvelle aventure, des découvertes et des péripéties étaient au menu.

Lors de ma mission au sein du lycée de Montardon, j’ai pu partager mes connaissances, ma culture et mes origines à travers des accompagnements de projets d’étudiants, des expositions et des activités ludiques comme une séance de cuisine malgache avec une proposition de plat tropical à la cantine. Mais aussi, en retour, j’ai acquis des expériences autant professionnelles que personnelles au sein de l’exploitation agricole, de la halle technologique, du foyer des lycéens ainsi qu’à travers les diverses activités telles que participer à la table ronde sur la place de la femme dans l’agriculture, visiter des fermes et de caves ou encore assister à des rencontres musicales et participer à la Journée Portes Ouvertes du Lycée.

Mon séjour en France et surtout à Montardon a fortement contribué à l’élargissement de mon réseau, via les rencontres avec plusieurs acteurs du volontariat, de l’enseignement technique agricole et d’autres domaines.

Invitée au Nouveau Sommet Afrique-France, une nouvelle ouverture pour moi

Mes attentes vis-à-vis de ce nouveau sommet étaient fortes, espérant y tirer profit des partages d’expériences de la part des différents intervenants, surtout sur la mobilité des jeunes et une ouverture sur le partenariat auprès des structures accueillant des volontaires en service civique.

J’ai participé à cet évènement en assistant à l’atelier sur « l’engagement citoyen et démocratie » et contribué à la rédaction d’une lettre adressée aux chefs d’Etat. L’atelier était riche en échanges et partages d’expériences. Je me suis focalisée sur les retours d’expériences des volontaires africains engagés. Cela m’a conduit à réfléchir sur comment engager les jeunes en post volontariat et valoriser leurs missions.

Par ce nouveau sommet, nous, en tant que société civile malgache, avons rédigé une lettre adressée aux dirigeants des deux pays, la  France et Madagascar, afin d’apporter des propositions émanant de la société civile vers une amélioration de la relation entre les deux.

Pour ma part, j’ai insisté sur la continuité et le renforcement du volontariat en service civique de réciprocité, permettant, non seulement aux Français d’effectuer des missions à Madagascar mais aussi aux Malgaches de réaliser des missions en France.

En effet, cela donnerait des opportunités, notamment aux jeunes des deux pays de découvrir de nouveaux horizons, de casser la barrière sur les clichés et d’avoir de nouvelles orientations sur la vision du monde.

Ma participation à ce nouveau sommet a été pour moi l’ouverture de nouvelles opportunités. En tant qu’ancienne volontaire en service civique malgacho-française,

 je souhaiterais créer un réseau des volontaires de réciprocité à Madagascar.

Cela consiste à créer une plateforme, voire un espace d’échange, entre les jeunes malgaches et français qui se sont engagés pour le volontariat dans le cadre des coopérations décentralisées.

Ce réseau aura pour but de renforcer les relations entre les anciens volontaires, de pouvoir échanger les expériences durant et post-volontariat et de proposer de nouvelles activités pour les missions à venir. Il aura aussi et surtout l’objectif d’élargir les partenariats, toujours avec l’accompagnement de France Volontaires Madagascar et des Coopérations Décentralisées franco-malgaches, auprès de nouveaux établissements-hôtes pour l’accueil des futurs volontaires en service civique de réciprocité.

Contact : Valérie Hannoun, animatrice su réseau AAOI, valérie.hannoun@educagri.fr