1

Retrouvailles européennes au SIA-2022

Après une année 2021 marquée par l’annulation du Salon International de l’Agriculture de Paris due à la crise sanitaire, l’année 2022 est celle des retrouvailles pour les 18 pays européens participants.  Malgré l’abandon de 7 pays frileux à l’idée de s’engager dans un contexte incertain, la participation a été au rendez-vous pour cette édition du SIA 2022 qui s’est déroulée dans de bonnes conditions.

56 candidats pour briguer le podium de 2 concours

56 jeunes européens ont mesuré leurs savoirs, en participant au concours de jugement des animaux (bovins) par les jeunes (CJAJ) et au concours des jeunes professionnels du vin (CJPV), le mercredi 2 mars dernier. Chaque année, pendant trois jours, la Direction Générale de l’Enseignement agricole et de la Recherche (DGER) organise, avec l’aide précieuse des animateurs de réseaux Europe de l’enseignement agricole, la venue à Paris d’environ 25 délégations (comprenant candidats et accompagnateurs), issus d’établissements partenaires Européens.

Connaître les races bovines françaises jusqu’au bout des ongles

Le Concours de Jugement des Animaux par les Jeunes (CJAJ) consiste à évaluer les caractéristiques morphologiques de plusieurs races de vache laitière et à viande (Montbéliarde, Prim’Holstein, Brune, Blonde d’aquitaine, Charolaise, et Limousine) selon les options choisies par les candidats. Pendant une heure, les jeunes doivent évaluer 4 animaux. Ce concours se déroule sur le ring de présentation des bovins amenés directement par les éleveurs présents sur le salon, dans le Hall regroupant les plus belles représentantes des races françaises.

Une place de choix pour aspirer à découvrir l’ultime vin du Jury

Le Concours des Jeunes Professionnels du Vin (CJPV), lui, se déroule isolé de l’agitation du salon, au cœur du pavillon du Concours Général Agricole, dans le Hall dominant le parc des expositions, vue sur la tour Eiffel. Une première épreuve dite de caractérisation  consiste à identifier cépage, millésime, appellation, région climatique de production et estimation du prix de vente public de 5 vins mono-cépages présentés de manière anonyme. Lors l’épreuve suivante de notation les candidats doivent évaluer des caractères organoleptiques sur une échelle de 1 à 5 de 4 vins dégustés de façon anonyme. Les 3 finalistes sont départagés par une ultime épreuve de dégustation commentée face au jury.

 

Parmi les 18 délégations Européennes, trois lauréats pour chacun des 2 concours ont été primés à l’issue de cette journée d’épreuves.  Lors d’une cérémonie animée par le commissaire générale agricole, Olivier ALLEMAN, sur le stand du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Les 6 lauréats européens se sont vus remettre les prix par la directrice générale de la DGER, Valérie BADUEL, et la représentante de l’Agence Erasmus + France, Corine  LEFAY-SOULOY, en présence de l’ensemble des organisateurs des concours européens et des membres du jury.

De nouveaux pays prennent la plus haute place

Pour le CJAJ, le palmarès 2022 a connu de belles surprises, le 1er prix a été décerné à un candidat venant de Lituanie, pays participant pour la toute première fois aux concours européens du SIA. Les lauréates venant de Hongrie et République Tchèque ont remporté respectivement les 2ème et 3ème prix du CJAJ.

Pour le CJPV, le podium 2022 est tenu par les candidats d’Autriche (1er prix CJPV) , d’Italie (2ème prix CJAJ) et de Grèce (3ème prix CJAJ).

Des gourmandises pour adoucir les contraintes sanitaires

A cause des conditions sanitaires trop incertaines dues à la pandémie de Covid19, la soirée européenne au cours de laquelle les pays participants partagent habituellement des produits traditionnels, en marge des concours, n’a pas pu avoir lieu. A la place, une cérémonie d’ouverture des concours, pour souhaiter la bienvenue à tous les pays européens participants, a été organisée par le Bureau des Relations Européennes et de la Coopération Internationale (BRECI-DGER), le mardi 02 mars, sur le ring bovin de présentation.

Au cours de cette cérémonie présidée par Luc MAURER, Adjoint à la directrice générale, chef du service de l’enseignement technique agricole et Philippe RENARD, Chef du BRECI à la DGER, chaque délégation européenne s’est vue remettre un « panier gourmand » contenant une dizaine de produits conçus dans différents lycées agricoles français.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le BRECI a remercié chaleureusement tous ses partenaires européens qui ont fait le déplacement pour ces 3 jours à Paris dans un contexte initial peu engageant ainsi que le collectif des animateurs de réseaux qui a merveilleusement accueilli et accompagné les délégations durant leur séjour.

Le seul bémol de cette édition du SIA 2022 concerne le Trophée International de l’Enseignement Agricole (TIEA) pour lequel aucun établissement étranger n’était présent malgré 5 intentions d’inscription en automne 2021. Le contexte sanitaire a notamment « douché » les espoirs de nos partenaires Chinois, Canadiens et Argentins, qui attendent avec impatience la prochaine édition du SIA pour goûter à la magie de ce trophée emblématique pour les lycées agricoles français.

Qu’à cela ne tienne, RDV en 2023 !!!

 

 

 

 

Découvrez les vins mystères des épreuves du concours de jugement par les professionnels du vin – SIA 2022

Contact :

Paul Ménard, Coordinateur des concours jeunes Europe & International au Salon International de l’Agriculture de Paris (SIA), paul.menard@educagri.fr

Crédits photographiques : Isabelle Hervé – MAA-DGER-BRECI

 




Primés « AlimenTerre » invités au SIA 2022

Les lauréats de la 8e édition du « prix Alimenterre – 2021» sont invités à présenter leurs initiatives, le mardi 1er mars à 11h45 au Salon international de l’agriculture sur le stand du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Le prix Alimenterre contribue à la mobilisation et la sensibilisation du public jeune sur les enjeux agricoles et alimentaires.

Le prix Alimenterre est créé en 2012 par le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI), en partenariat avec la direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER) du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Ce prix soutient les initiatives novatrices mises en œuvre par les jeunes en faveur de l’agriculture et de l’alimentation durable et solidaire. Les lauréats sont invités chaque année à présenter leurs projets lors de l’édition du Salon international de l’agriculture.

Les lauréats 2021 du prix Alimenterre
« Jeunes et engagé(e)s pour un meilleur vivre ensemble»

Les élèves du collège Jacques Twinger à Strasbourg (Bas-Rhin) ont mis en place un livre de recettes éco-citoyennes, élaboré en binôme avec les enfants de l’orphelinat « Maison des enfants » au Cameroun. Le livre aborde de nombreuses thématiques autour de l’alimentation durable et solidaire. La dimension internationale du projet contribue à sensibiliser les jeunes générations aux interdépendances alimentaires internationales.

« Soupe durable et solidaire »

Sensibilisés au choix des fruits et légumes de saison, aux productions locales et au problème du gaspillage alimentaire, les élèves du lycée agricole Pierre André Chabanne de Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente) ont confectionné une soupe à partir de produits qui n’étaient plus vendables dans les grandes surfaces. Leur démarche vise à mettre en avant les pratiques pour réduire le gaspillage alimentaire.

« Web TV alimentation durable»

À la suite du festival Alimenterre, quatre élèves en terminale Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) du Campus Vert d’Azur d’Antibes (Alpes-Maritimes) ont créé une Web TV pour sensibiliser aux enjeux de l’alimentation durable. Ils créent des supports vidéo professionnels autour de projets pédagogiques initiés dans leur formation.

Si vous êtes un établissement agricole souhaitant valorisez vos initiatives en faveur du développement de modèles agricoles et alimentaires vertueux, plus durables et plus solidaires, lancez-vous et participer à l’édition 2022, avant le 15 mars 2022

La participation est ouverte aux jeunes de 14 à 25 ans. La candidature doit être déposée au plus tard le 15 mars 2022 par une association ou un établissement d’enseignement secondaire et supérieur. Les lauréats recevront une contribution financière afin de valoriser leurs projets et seront invités au Salon international de l’agriculture 2023 afin de les présenter.

Contacts :

Danuta RZEWUSKI, Vincent ROUSVAL, animateurs du RED de l’enseignement agricole, danuta.rzewuski@educagri.fr – vincent.rousval@educagri.fr

Rachid BENLAFQUIH, Chargé de mission Afrique / Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale / Expertise internationale au BRECI-DGER, rachid.benlafquih@agriculture.gouv.fr

CFSI : festival@cfsi.asso.fr




Start-Up innovantes en terre Australe

Pour la 3e session de son Prix de l’Innovation, le F’SAGRI a vu les choses en grand ; un nouveau partenariat avec la Banque mondiale et le programme de développement des Nations Unies (PNUD) ; un nouveau nom : AgTech Innovation Challenge ; une compétition qui dépasse le cadre sudafricain.

Comme l’année dernière, le challenge était divisé en deux catégories: les projets de recherche appliquée portés par des universitaires et les projets portés par les start-up. Voyons de quelles innovations les Strat-up candidates en 2021 sont capables.

Nouveautés 2021 :  5 pays en lice

Zone Afrique Australe

En 2020, le prix de l’innovation ciblait les start-up sud-africaines uniquement. En 2021, soutenu par le Ministère de l’agriculture et l’alimentation (Direction générale de l’enseignement et de la recherche-DGER) via le Budget d’Actions à l’International, le F’SAGRI a développé une collaboration avec la Banque mondiale, ce qui a permis d’étendre ce concours à quatre pays avoisinants : le Lesotho, Eswatini, la Namibie et le Botswana. Au total, plus de 40 dossiers de candidature ont été examinés, dont 9 portés par des entreprises autres que sud-africaines. Une première sélection a permis de conserver 12 candidats, dont un botswanais.

Le jury s’est réuni le 25 novembre 2021 au matin. Il comptait des représentants des autorités sud-africaines, de la chambre de commerce Franco sud-africaine, du PNUD et de l’ambassade de France, réunis à la Résidence de France, mais aussi d’Agreenium et de la DGER, en virtuel.

Le jury a unanimement souligné la qualité des projets présentés et exprimé le souhait d’en assurer le suivi lors d’événements ultérieurs. Ce suivi est d’ailleurs prévu dans le cadre du partenariat entre le F’SAGRI et le PNUD.

Ambassade de France, Banque mondiale et PNUD confirment l’importance de ce challenge dédié à l’agriculture

La cérémonie de remise des prix de l’innovation a eu lieu à la suite du comité de sélection des projets. Lors de leurs interventions, Aurélien Lechevallier, Ambassadeur de France, Marie-Françoise Marie-Nelly, Directrice Régionale de la Banque Mondiale, Dy Ayodele Odusola, Représentant du PNUD en Afrique du Sud ainsi que François Davel, représentant du Department of Science and Innovation (DSI), ont réaffirmé l’enjeu que représente le développement d’une agriculture durable dans les communautés rurales. Ils ont rappelé à quel point, dans un contexte rendu difficile par la crise sanitaire actuelle, il est primordial d’aider les communautés rurales à développer des emplois, notamment l’emploi des jeunes et des femmes, en prenant en compte des problématiques plus larges comme la lutte contre le réchauffement climatique.

Du côté des lauréats…

5 start-up sudafricaines ont été sélectionnées. Grâce aux contributions de l’Ambassade de France, du DSI et du PNUD, elles vont recevoir des prix allant de 2200 € à  8800 € et bénéficier d’un programme d’accompagnement pour développer leurs projets et leur permettre de rentrer en contact avec des financeurs.

En ce 25 novembre 2021, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, 2 femmes sont sur le podium.
Lauréate du 1er prix : Claire Reid pour Reel Gardening

L’objectif de Reel Gardening est de rendre le jardinage aussi rapide, simple et amusant que possible. La solution de jardinage qu’elle propose permet aux particuliers et aux collectivités de réduire leur consommation d’eau jusqu’à 80 %. Leur innovation est un ruban de semences breveté qu’il suffit de placer dans le sol de manière à voir la partie colorée au-dessus de la terre, puis il ne reste plus qu’à ajouter de l’eau. L’entreprise dispose d’une application qui offre un guide étape par étape pour gérer les platations en vous informant de ce que vous devez faire chaque jour dans le jardin en fonction de ce que vous avez planté. Reel Gardening reverse également une partie de ses ventes aux communautés dans le cadre de son programme de sensibilisation.

Lauréat du 2e prix: KHEPRI Biosciences sur la gestion des déchets – Des projets aux prises avec les problématiques actuelles

Bandile Dlabantu, CEO de Khepri Biosciences

KHEPRI Biosciences propose des produits d’alimentation animale de qualité, fabriqués sur mesure pour l’écosystème local à partir de déchets organiques disponibles localement. KHEPRI collecte les déchets alimentaires dans les flux de déchets locaux, les traite et leur ajoute de la valeur en utilisant la mouche du soldat noire pour fabriquer des produits qui répondent aux besoins de leur marché cible. KHEPRI a développé cinq produits d’alimentation animale et les a testés sur le marché. Leur produit final est constitué d’aliments pour animaux et d’engrais proposés à des prix compétitifs et produits selon une approche durable.

Lauréate du 3e prix : Palesa Motaung pour AgriKool

AgriKool est une start-up de Pietermaritzburg (KZN) qui résout le problème de l’accès au marché grâce à une application mobile permettant aux petits exploitants agricoles d’avoir accès au marché, au financement, au transport et à des informations fiables de manière transparente. L’application regroupe la demande des colporteurs et des magasins de vente au détail de produits alimentaires, et convertit cette demande en un marché accessible pour les petits exploitants agricoles des zones rurales. Elle prélève une commission de 3 à 8 % sur la transaction, ainsi que des frais administratifs. L’innovation atténuera les contraintes liées à la saisonnalité, car la start-up prévoit de s’aventurer dans d’autres provinces et en Afrique.

Lauréat du 4e prix: SMARTFILL pour la réduction de l’utilisation du plastique

Marc Wetselaar, CEO de Smartfill

Smartfill est une unité de distribution alimentaire au détail sans emballage plastique (ou les élimine). Les emballages plastiques sur les aliments sont d’autant plus une taxe supplémentaire pour les pauvres en ajoutant les coûts d’emballage au prix de la nourriture. Cette technologie innovante permet d’alléger la pression sur les prix des aliments. Elle ne se préoccupe pas seulement du recyclage et de la réduction du plastique, mais aussi de l’accessibilité financière des aliments. Les emballages sont de plus en plus chers en termes de taxes et augmentent les coûts logistiques qui se répercutent sur le prix des aliments. Le dispositif distribuera l’alimentation en fonction de la quantité requise.

Lauréat du 5e prix: Dropsight pour une utilisation raisonnée des pesticides

Marius Ras Ras, CEO de Dropsight.

Dropsight est une application pour smartphone qui permet de mesurer le dépôt de produits chimiques (c’est-à-dire de pesticides) sur les feuilles dans le champ, de comparer les résultats et de faire des ajustements avant que le produit chimique ne soit ajouté au réservoir. Tout cela se fait grâce à un boîtier d’analyse portable innovant appelé « leaflab », avec l’utilisation d’un smartphone. L’objectif est de réduire le risque de mauvais résultats en matière de lutte biologique en raison d’un mauvais réglage et dépôt du pulvérisateur. Grâce à Dropsight, les agriculteurs réduiront le risque de niveaux inacceptables de résidus chimiques et de ruissellement de produits chimiques. Cette innovation réduira considérablement le risque de contamination du sol et des eaux souterraines due à un volume de pulvérisation excessif. Le processus Dropsight se déroule sur le terrain, en temps réel, et fournit des données visuelles et quantitatives sur lesquelles fonder les décisions relatives à l’amélioration du dépôt de la pulvérisation. Grâce à cette innovation, il n’est plus nécessaire de faire appel à un laboratoire pour analyser le dépôt, ce qui permet non seulement de gagner du temps mais aussi d’économiser de l’argent.

Les pitchs des lauréats et la cérémonie de remise des prix sont disponibles sur la chaine YouTube du F’SAGRI

Pour quelles suites…

Ces projets innovants vont rejoindre les lauréats des années précédentes et intégrer le programme de suivi du F’SAGRI. Ce programme vise différents objectifs, soit de doter le F’SAGRI de structures de stage, conférenciers et mentors potentiels, qui pourront à leur tour aider des étudiants et jeunes porteurs de projets. Ces porteurs de projets innovants pourront intégrer des projets de développement local, à l’échelle d’une municipalité ou d’une province à l’image des projets de création de villes vertes, actuellement soutenus par de grandes instances internationales. Enfin, le programme permet d’aider à identifier des projets porteurs pour de potentiels financeurs français.

Contacts :

Séverine JALOUSTRE, Adjointe au Directeur, F’SAGRI –  French South-African Agricultural Institute, severine.jaloustre@ul.ac.za

Maryline Loquet, Attachée de coopération – Enseignement agricole, Ambassade de France au Sénégal – maryline.loquet@diplomatie.gouv.fr

 




Prix Europe-Hippocrène sous Présidence française

Pour donner l’envie d’Europe aux jeunes…

La sixième édition du Prix Europe de l’enseignement agricole français est lancée !

Ce prix promeut les échanges européens des établissements de formation. La nouvelle édition s’inscrit en cohérence avec la Présidence Française de l’Union Européenne (PFUE) couvrant le premier semestre 2022.

Le Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe est un concours proposé aux établissements d’enseignement, qui récompense les meilleurs projets de partenariat européen élaborés par une classe et ses professeurs. Lancé en 2010 à l’initiative de la Fondation Hippocrène, l’objectif est de donner l’envie d’Europe aux jeunes. Et depuis 2017, avec le soutien de la Représentation en France de la Commission européenne (RFCE) et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA), ce prix s’adresse également à l’enseignement agricole
technique et supérieur, public et privé sous contrat.

Les candidatures sont ouvertes du 15 novembre 2021 au 18 janvier 2022.

Les établissements candidats sont appelés à présenter un projet original élaboré par une classe avec son ou ses professeur(s) dans le domaine de la citoyenneté européenne. Il s’agit d’encourager les échanges avec de jeunes Européens et la découverte d’une autre culture et d’autres approches, à travers une production commune réalisée dans le cadre d’un partenariat.

Tous les types de partenariats avec un établissement scolaire situé dans l’un des pays partenaires sont éligibles. Il peut s’agir d’un partenariat européen élaboré par l’établissement (jumelage actifs, projets pédagogiques partagés, partenariats virtuels, échanges d’apprenants, mobilités entrantes/sortantes d’apprenants et d’enseignants, etc…).

Les partenariats peuvent concerner une ou plusieurs disciplines et sont ouverts à de multiples thèmes d’échange (acquisition de compétences linguistiques et interculturelles). Les partenariats doivent être initiés et le projet en cours d’élaboration à la présentation du dossier. Les principaux critères d’évaluation du projet portent sur le nombre et la qualité du ou des partenariats, leur réciprocité (mobilités réciproques), la qualité du projet (contenu, pédagogie), sa valorisation dans et hors de l’établissement, la motivation de l’équipe pédagogique, le portage par les apprenants et la catégorie d’apprenants touchés.

Les partenariats menant à la réalisation de productions communes et à la valorisation du projet sont particulièrement appréciées par le jury.

Ces initiatives s’inscrivent pleinement dans la mission de coopération européenne et internationale dévolue à l’enseignement agricole. Il participe à l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale des apprenants de l’enseignement agricole.
A travers ce concours, l’engagement de l’Enseignement agricole dans le projet européen doit être valorisé, notamment via les actions et partenariats européens des établissements d’enseignement agricole.

Un prix d’un montant de 5 000 euros destiné à la réalisation du projet sera remis à l’établissement lauréat par la Fondation Hippocrène.

La remise des prix s’inscrira dans le contexte de la PFUE. Une délégation de lauréats sera invitée à Paris, à La Sorbonne, début mars 2022.
A noter que la catégorie « Enseignement agricole » est également éligible pour le Grand Prix, d’un montant de 10 000 euros, qui est choisi parmi l’ensemble des catégories du concours (commun aux établissements de l’éducation nationale et de l’enseignement agricole).

Modalité de participation et règlement, dates et contacts relatif à ce concours.

Trois dossiers pré-sélectionnés au niveau national seront transmis au Grand Jury, qui auditionnera à Paris début février 2022 les candidats finalistes.

Hippocrène donne des ailes à l’enseignement agricole

En 2021, le « Grand Prix » a été remporté par un établissement de l’enseignement agricole, reconnaissant ainsi la priorité donnée par le MAA à la coopération européenne et internationale dans la formation.

Retour sur les primés 2021 : les trois finalistes de la catégorie « Enseignement agricole »

Le 31 mai 2021, les lauréats du Prix Hippocrène de l’éducation à l’Europe 2021 ont reçu leurs diplômes lors d’une cérémonie officielle à distance.

– le LEGTA François Rabelais de Civergols (48), pour son projet  » Devenir ambassadeurs d’une Agriculture durable en Europe  »

Le mot de la directrice de la Fondation Hippocrène : “Le thème de l’agriculture durable nous a plu puisqu’il est d’actualité. Ce projet Erasmus a été mené avec des classes de Slovaquie et de Finlande. L’idée consiste à mettre en place des équipes transnationales composées d’élèves des trois pays. Chacune d’entre elles est chargée de créer une mallette de jeux communs permettant d’aborder ce thème et d’apprendre en s’amusant sur l’agriculture durable en Europe. C’est donc une approche ludique, appuyée par un magazine virtuel qui a été monté entre les classes pour que les élèves puissent échanger”
Témoignage de l’enseignante au LEGTA de Civergols (Lozère, St-Chély d’Apcher), représentante des lauréats du 1er prix Catégorie Enseignement agricole

– le LEAP Saint Dominique de Valréas (84), pour son projet  » « 6!YES » 6 Innovations young european search  »

– l’Institut Lemonnier de Caen (14), pour son projet  » La bataille de Normandie, un fait historique clé de la construction européenne  »

Ils ont chacun présenté leur projet le 31 mars 2021, devant le jury composé de personnalités européennes et du monde de l’éducation. Ils ont été unanimement salués pour leur qualité et l’enthousiasme des prestations réalisées.
Le classement fut un exercice particulièrement serré, et les résultats de l’édition 2021, annoncés par la Fondation Hippocrène, ont souligné assurément l’engagement européen de l’enseignement agricole.

Pour la première fois, le Grand Prix a été remporté par un lycée agricole, celui de Saint Dominique de Valréas (84). Le prix de la Catégorie Enseignement agricole revient quant à lui au LEGTA François Rabelais de Civergols (48).

Le mot de la directrice de la Fondation Hippocrène : “Je suis très heureuse parce que c’est la première fois depuis la participation du ministère de l’Agriculture que le grand prix est attribué à la catégorie enseignement agricole. Ce projet “6!YES” était très complet et original. Il a été initié en 2018 et réunit des élèves de France donc, mais aussi d’Espagne, d’Allemagne, de Bulgarie et de Chypre, qui réfléchissent ensemble à des innovations destinées à adapter la pratique de l’agriculture aux objectifs de développement durable. Les élèves de tous ces pays travaillent ensemble, échangent des idées par vidéos, et ces propositions concrètes ont même été présentées aux députés européens ! Le projet est donc très complet, il permet à chacun de se confronter à d’autres pays, mais aussi aux institutions européennes”.

Témoignage de Sophie Laval, enseignante de l’établissement de Valréas, représentante des jeunes lauréats du Grand Prix Hippocrène 2021

Le futur projet envisagé par Valréas est de développer un véritable Pôle Coopération Internationale au sein de l’établissement afin de permettre à tous les élèves de s’investir dans des projets Erasmus+ à chaque rentrée scolaire et de participer à des mobilités dans d’autres pays d’Europe pour rencontrer leurs homologues et partager une vision commune de l’Europe avec eux, en alternant des projets en anglais, en français et en espagnol puisque ce sont les 3 langues enseignés au Lycée Saint Dominique de Valréas.

Quel bel encouragement pour tous les établissements à poursuivre les actions en faveur de l’ouverture européenne et internationale ! Espérons que vous serez encore plus nombreux encore pour l’édition 2022 du Prix Hippocrène, lancée sur fond de Présidence Française de l’Union Européenne !

Modalité de participation et règlement, dates et contacts relatif du Prix Europe-Hippocrène 2022.

Les candidatures des établissements participants de l’enseignement agricole devront être adressées par courriel, d’ici le 18 janvier 2022. Contact en DRAAF/DAAF : personne en charge de la coopération internationale