1

Une formation pour s’engager avec l’Afrique

Une 40aine de participants venus d’établissements agricoles de toute la France ont participé à une formation pour développer leurs projets de partenariats avec le Cameroun, Madagascar, l’Afrique du Sud, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Bénin, proposée par le Bureau des relations européennes et de la coopération internationale et les animateurs des réseaux Afrique de l’enseignement agricole. 

Les participants ont d’abord vu comment leurs projets s’inscrivent dans la stratégie internationale du Ministère, et en particulier de la Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche qui a pris en 2018 quatre engagements pour l’Afrique. De même, l’environnement institutionnel et les enjeux politiques et économiques de la coopération française avec l’Afrique subsaharienne ont été précisés.

La présentation des activités et du fonctionnement des trois réseaux Afrique a mis en lumière les moyens et outils mis à disposition des établissements de l’enseignement technique agricole permettant de faciliter leur coopération avec les pays de l’Afrique subsaharienne.

Les intervenants invités ont donné à voir les possibles liens et opportunités susceptibles de donner davantage d’ampleur aux projets de coopération des lycées agricoles avec l’Afrique.

Par exemple, le continuum entre enseignement technique agricole et enseignement supérieur ouvre le champ des possibles comme le montre le cas du projet Biovalor porté par l’Institut Agro de Montpellier (Institut Agro – synergies enseignements supérieur et technique) ou la création d’un consortium Erasmus+ porté par l’ENSFEA avec les établissements coopérant avec le Bénin (ENSFEA – consortium Erasmus+ Bénin). 

Il est d’ailleurs à noter que le programme Erasmus+ s’étend désormais très concrètement à l’Afrique, avec à la clé des financements non négligeables (Erasmus+ Afrique).

Les réseaux régionaux multi-acteurs (RRMA), tel que Occitanie Coopération, constituent aussi un relai important pour les partenariats des lycées agricoles avec l’Afrique (RRMA Occitanie coopération).

Et concernant l’accueil en lycées agricoles de jeunes africains en service civique, le Délégué Général et le Directeur du pôle Réseau International de France Volontaires ont rappelé le souhait de massification. Ils ont également présenté les nouveautés du programme telles que l’absence de limite d’âge et l’allongement de la durée à deux ans pour un Volontariat de Solidarité Internationale et le développement de projets dans dix pays d’Afrique pour construire un nouveau modèle ainsi que les programmes « Territoires Volontaires » et « Grande Muraille Verte » dans lesquels les missions de service civique pourront s’inscrire.

Après ce partage d’informations, il a été possible pour les participants de bénéficier d’apports méthodologiques à la conception de projets. Avant l’exercice d' »Arbre à problèmes-Arbre à solutions », qui permet d’arriver à la réalisation d’un cadre logique, un exemple de réponse à appel à projets a été présenté et commenté tel que FABéOc, en réponse à l’appel à projets de la région Occitanie « Alimentation durable et agroécologie en Afrique ».

Des exercices pratiques ont été proposés, de la rédaction de fiches de mission pour service civique à la préparation de mobilités collectives ou de projets en distanciel, appuyés par les animateurs des réseaux Afrique qui en assureront en outre le suivi.

En parallèle, les animateurs du RED ont organisé pour une quinzaine de jeunes étudiants et des services civiques sénégalais, malgaches, burkinabè, béninois, ivoiriens, diverses activités dont la création de sketches sur l’étonnement des rencontres interculturelles, interprétant des situations vécues à leur arrivée en France qu’ils ont ainsi pu partager lors des soirées conviviales clôturant les journées de formation.

Consultez toutes les ressources réunies par les réseaux Afrique :

Retrouver tous les documents : les enjeux politiques et économiques, documents du réseau Cameroun Nigeria, documents du réseau Afrique Australe Océan Indien, documents du réseau Afrique de l’Ouest

 

Contacts des réseaux Afrique de l’enseignement agricole

Vanessa FORSANS, Enseignante au LEGTA Le Chesnoy / co-animatrice du réseau Afrique de l’Ouest – animatrice du réseau CEFAGRI de l’enseignement agricole, vanessa.forsans@educagri.fr

Jean-Roland ARBUS, Agronome au Legta La Vinadie – 46100 Figeac/ Co-animateur réseau Afrique de l’Ouest de l’enseignement agricole, jean-roland.arbus@educagri.fr

Florent DIONIZY, animateur du réseau Cameroun/Nigéria de l’enseignement agricole, florent.dionizy@educagri.fr

Yann JAGOURY, animateur du réseau Cameroun/Nigéria de l’enseignement agricole, yann.jagoury@educagri.fr

Didier RAMAY, animateur du réseau Afrique Australe Océan Indien de l’enseignement agricole, didier.ramay@educagri.fr

Valérie HANOUN, animatrice du réseau Afrique Australe Océan Indien de l’enseignement agricole (mission jusqu’en septembre 2022), valérie.hanoun@educagri.fr

Rachid BENLAFQUIH, Chargé de mission Afrique / Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale au BRECI-DGER, rachid.benlafquih@agriculture.gouv.fr




Le Sénégal en Terres Atlantiques

Du 17 au 22 janvier 2022, deux délégations sénégalaises, l’une de l’ISEP de Bignona et l’autre de l’ISEP de Richard Toll, ont découvert respectivement les lycées agricoles de Pau Montardon et de Nantes-Terre Atlantique, ainsi que leurs territoires.

L’objectif principal de cette action de coopération, réalisée avec l’appui de l’ambassade de France à Dakar et au titre de la convention de financement entre FranceAgriMer et l’AFD au bénéfice des Instituts Supérieurs d’Enseignement Professionnel (ISEP) du Sénégal, était l’échange d’expérience entre formateurs pour intégrer les acquis de ce voyage dans leurs activités quotidiennes. L’accueil de ces deux délégations a été rendu possible et grandement facilité par l’attachée de coopération mise à disposition au Sénégal et les réseaux de l’enseignement agricole (Afrique et CEFAGRI).

Bref historique

Six ISEP ont été créés au Sénégal. Les directeurs ainsi que le ministre en charge de l’enseignement supérieur du Sénégal avaient été accueillis en France en 2016 pour une mission de parangonnage qui s’est conclue par la signature d’une convention cadre entre les autorités sénégalaises et françaises. Cet accord identifie et positionne le ministère de l’agriculture et de l’alimentation comme partenaire privilégié pour accompagner la mise en place au Sénégal de deux ISEP, à Bignona et à Richard Toll , ainsi que leur réseau (RISEP) avec le soutien financier de l’agence française de développement. Ces établissements ont vocation à dispenser des formations de niveau bac+2, en fonction de la demande locale et des besoins du milieu socio-économique ainsi que du bassin d’emploi, avec un fort ancrage territorial.

Les formations proposées par l’ISEP de Richard Toll ont démarré en 2019-2020, dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, des agroéquipements, de l’aquaculture, de l’agroalimentaire et du tourisme.

L’ISEP de Bignona propose quant à lui des formations initiales en agroforesterie, en transformation agroalimentaire et métiers verts (énergies renouvelables et production durable).

Plusieurs événements et missions se sont déroulés entre l’enseignement agricole français et les ISEP, notamment autour des référentiels de formation. Cette double délégation contribue à poursuivre les rapprochements favorisés par des échanges riches entre pairs.

Une double visite d’étude et d’échanges d’expérience

Cette visite visait à découvrir et visiter des structures/établissements agricoles français, échanger et s’inspirer de ce qui s’y fait en matière de pédagogie active, d’enseignement supérieur professionnel court, de relations avec le monde professionnel et en ce qui concerne l’ancrage territorial, entamer des relations pérennes.

Les deux délégations ont suivi, à Nantes et à Pau, des programmes intégrant la découverte du fonctionnement des Lycées agricoles à travers des rencontres avec les personnels des différents centres constitutifs, la participation à des cours et des TP en biochimie et microbiologie, la visite de halles technologiques agroalimentaires, d’exploitations agricoles en élevage bovin, pisciculture, maraîchage, des établissements agricoles privés (Lycée Saint Christophe, école des Établières), du supérieur (ONIRIS), en lien avec la recherche, des rencontres institutionnelles (mairies, DRAAF, Conseils régionaux), le tout clôturé par un passage à La Baule, d’une part, à Biarritz, d’autre part, avant une visioconférence de restitution.

Ce déplacement fut l’occasion aussi de rencontrer d’autres acteurs sénégalais, l’institut supérieur des études technologiques appliquées (ISETA) déjà en partenariat avec des établissements d’enseignement agricoles en France, dont l’école des Établières.

Travaux pratiques de microbiologie au Lycée agricole de Pau-Montardon avec les apprentis de BTS Sciences et technologies des aliments

Sur les terres d’un producteur de piment d’Espelette, M. Pochelu, et visite de l’atelier du Piment.

Rencontre avec le questeur du conseil régional de Nouvelle Aquitaine et le maire de Montardon.

Visite du site de l’INRAE à Saint Pée sur Nivelle et des installations piscicoles du lycée agricole Saint Christophe à Saint Pée sur Nivelle en compagnie du directeur M. Verdenal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dialogue et apprentissage réciproque

Les deux délégations, par le truchement de Siré Diedhiou et d’Awa Niang, respectivement directrices des ISEP de Bignona et de Richard Toll, ont apprécié la diversité des sites visités et des acteurs inspirants rencontrés. Au-delà des apports techniques et scientifiques, c’est la qualité des relations humaines qui les conforte dans l’envie de poursuivre cette coopération. Elles ont fait remarquer que les ISEP sont également en collaboration étroite avec le milieu professionnel et que l’engagement dans les transitions agroécologiques n’est pas un vain mot.

Ainsi, les deux délégations ont eu l’opportunité au cours de cette semaine, dans deux territoires, d’appréhender les cinq missions de l’enseignement agricole français. Il ressort de cet accueil par les LEGTA de Nantes Terre Atlantique et de Pau Montardon que les modèles français et sénégalais ont à dialoguer, dans une perspective d’apprentissage réciproque. De nouvelles pistes ont émergé, concernant les approches pédagogiques, les relations enseignants/apprenants, la professionnalisation des cours et des approches, dans les domaines notamment de la production et la transformation agroalimentaire, des transitions agroécologiques, mais aussi de l’Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale avec les possibilités d’accueil de jeunes sénégalais en Service Civique (volontaires internationaux de réciprocité), projets pouvant être soutenus par les régions dans le cadre de la coopération décentralisée.

Prochaines étapes de cette coopération : un binôme français, composé d’un inspecteur et d’un chef d’établissement, va se rendre au Sénégal pour effectuer un diagnostic territorial avec les ISEP de Bignona et de Richard Toll, puis un atelier quelques semaines plus tard pour co-construire leur projet d’établissement.

En parallèle, l’ISEP de Matam prépare également une visite dans un lycée agricole français au moment du Salon International de l’Agriculture de Paris 2022.

 

Contacts :

maryline.loquet@diplomatie.gouv.fr – attachée de coopération enseignement agricole à l’ambassade de France au Sénégal

vanessa.forsans@educagri.fr – animatrice des réseaux Afrique de l’Ouest et CEFAGRI, jean-roland.arbus@educagri.fr – co-animateur du réseau Afrique de l’Ouest

florent.dionizy@educagri.fr , yann.jagoury@educagri.fr – animateurs du réseau Cameroun/Nigeria

valerie.hannoun@educagri.fr – co-animatrice du réseau Afrique Australe Océan Indien

Rachid BENLAFQUIH, Chargé de mission Afrique / Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale / Expertise internationale au BRECI-DGER, rachid.benlafquih@agriculture.gouv.fr

 




Des webinafrica pour une coopération toujours dynamique avec l’Afrique

Le BRECI et les animateurs des trois réseaux Afrique de la DGER (Cameroun, Afrique de l’Ouest, Afrique Australe Océan Indien) ont proposé trois rendez-vous en visioconférence comme autant d’opportunités d’échanger sur différentes formes de coopération avec l’Afrique.

Renforcer la dynamique de réseaux, favoriser les échanges, valoriser et capitaliser l’ensemble des initiatives : ces objectifs ont été atteints !

Le premier webinafrica, organisé conjointement avec les animateurs du RED et dédié à l’accueil des services civiques, a réuni près d’une quarantaine de participants. Outre les différents personnels de l’enseignement agricole intéressés, étaient présents trois étudiants malgaches ayant effectué une mission de service civique en lycée agricole, les partenaires de France Volontaires de trois régions françaises mais aussi du Bénin, accompagnés du représentant de l’Office Béninois des Services du Volontariat des Jeunes, ainsi que le sous-directeur de l’ingénierie pédagogique de l’INFPA (Côte d’Ivoire) et l’attachée de coopération de l’enseignement agricole à l’ambassade de France au Sénégal. La variété des interlocuteurs, leurs témoignages et interventions, ont permis de souligner le travail en partenariat qui fait la spécificité de l’accueil de services civiques via les réseaux Afrique. Ce fonctionnement est structurant et présente de multiples bénéfices, l’accueil de services civiques constituant un véritable levier de coopération entre établissements français et africains.

Retrouvez le compte rendu, le replay et les documents : CR webinafrica 1 accueil services civiques

De même, le deuxième webinafrica a réuni un panel de participants représentant les divers acteurs de la réussite de l’accueil d’étudiants africains en BTSA. Étudiants, enseignants, chefs d’établissements ont ainsi pu bénéficier des éclairages apportés par le directeur de Campus France au Sénégal, par l’attachée de coopération de l’enseignement agricole à l’ambassade de France à Dakar, par le chef de service de gestion des étudiants sénégalais à l’étranger. Afin de réussir collectivement l’accueil d’étudiants sénégalais en BTSA dès la rentrée 2021, deux outils ont été proposés : une fiche d’information, pour faciliter l’interaction entre les lycées agricoles et l’ambassade de France au Sénégal, et un récapitulatif de la procédure à suivre pour s’inscrire en BTSA en France, à retrouver avec d’autres documents, le compte rendu et le replay : CR webinafrica 2 accueil BTSA du Sénégal

Enfin, le troisième webinafrica a permis d’échanger sur les cadres possibles dans lesquels inscrire les mobilités d’apprenants vers l’Afrique. Un sondage auprès des participants a tout d’abord permis d’indiquer une douzaine de projets de mobilités collectives pour 2021-2022. Puis des membres des trois réseaux ont présenté leur expérience de mobilités collectives vers le Bénin, le Sénégal, l’Afrique du Sud, le Cameroun, que ce soit avec des groupes classes (BTSA dans le cadre d’un Module d’Initiative Locale, bac pro selon l’Enseignement à l’Initiative de l’Etablissement) ou des apprenants volontaires (apprentis en CAPA et bac pro ; club UNESCO). Des pistes de financements ont également été partagées.

À retrouver : CR webinafrica 3 mobilités collectives d’apprenants

Pour avoir une vue d’ensemble sur le Webinafrica des réseaux Afrique de l’enseignement agricole

En vue d’approfondir et de compléter les thématiques abordées dans ces webinafrica, un deuxième cycle de visioconférences est en préparation pour le printemps prochain !

Retrouvez l’ensemble des comptes rendus des webinafrica mais aussi les dernières actualités du réseau Afrique de l’Ouest dans la lettre n°9 : lettre 9 réseau Afrique de l’Ouest

Contacts :

Vanessa FORSANS, Jean-Roland ARBUS, co-animateurs du réseau Afrique de l’Ouest, vanessa.forsans@educagri.fr, jean-roland.arbus@educagri.fr

Rachid BENLAFQUIH, Chargé de mission Afrique / Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale / Expertise internationale au BRECI-DGER, rachid.benlafquih@agriculture.gouv.fr

 




Comment réussir nos coopérations avec l’Afrique ?

Questionnement qui a nourri les rencontres des Réseaux Afrique 2020

La question de la réussite des coopérations menées par l’enseignement agricole avec ses partenaires africains a mobilisé au LEGTA de Pau du 27 au 29 janvier dernier une cinquantaine de participants, issus de diverses structures (20 établissements agricoles du public et du privé, de l’enseignement supérieur, de la recherche, l’Agence ERASMUS+, des ONG, la DRAAF, des étudiants et services civiques africains).

Les objectifs de ces premières journées communes aux trois réseaux Afrique de l’enseignement agricole étaient de répondre aux axes stratégiques du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation (MAA), soit les actions des « 4 engagements pour l’Afrique », faire vivre le modèle de continuum et renforcer les réseaux géographiques de l’enseignement agricole.  Mais également, répondre aux objectifs des établissements de l’enseignement agricole engagés dans des initiatives de coopération avec le continent africain et aux besoins et attentes des pays africains partenaires de la France.

Ces journées ont permis d’aborder les points suivants :

  • stratégie du MAA et de la Direction générale de l’enseignement et de la recherche pour le continent africain ;
  • bilan d’activités et partage d’expérience des réseaux Cameroun, Afrique de l’Ouest, Afrique Australe Océan Indien ;
  • conférencesdébats autour des enjeux de coopération avec le continent africain (auxquelles ont assisté près de 200 étudiants de plusieurs classes de BTSA) par Khalid Belarbi, directeur de l’I.R.C. à Montpellier SupAgro et par Christian Bouquet, enseignant-chercheur à Bordeaux III ;
  • projection du film Kekawongan, coopération du LEGTA de Nantes sur la filière cacao équitable au Cameroun ;
  • exploration des potentialités offertes par le programme ERASMUS+ pour l’Afrique ;
  • des ateliers de travail pour le renforcement des mobilités réciproques ont également été organisés ainsi que la visite de la halle technologique de l’EPL.

Pour plus de renseignement, Contacts :

Animateurs des réseaux Afrique de l’enseignement agricole

Rachid BENLAFQUIH, Chargé de mission Afrique / Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale / Expertise internationale au BRECI-DGER, rachid.benlafquih@agriculture.gouv.fr